Morts et vivants : un réseau de solidarité

« Une informatrice islandaise déclarait un jour : « Mais pourquoi des étrangers font-ils tout ce chemin pour venir poser des questions aussi bêtes ? C’est comme si moi j’allais en France pour interroger les gens sur… sur ce plateau de fruits par exemple ! Que peut-on bien en dire ? C’est un plateau rond, de couleur blanche avec deux pommes et trois bananes à l’intérieur ! Et après ? Il y en a dans toutes les maisons, des plateaux comme ça, et pas seulement en Islande ! Est-ce que ça vaut la peine de faire des milliers de kilomètres pour ça ? Non ! Eh bien quand tu viens nous poser des questions sur les morts et je ne sais quoi d’autre, ça revient à la même chose ! Il y a des morts dans toutes les maisons comme il y a des plateaux avec des fruits… Qu’est-ce qu’on peut bien te dire de plus ? D’ailleurs, tu sais, les gens sont très étonnés ici de voir quelqu’un qui pose ce genre de questions, et ils se disent que t’es vraiment bizarre. » » Christophe Pons in Terrain n°38.
Dans la société islandaise, les morts font pleinement partie de l’espace social des vivants : ils peuplent les foyers domestiques de leurs descendants. Ce « partage des lieux » se manifeste notamment par l’habitude, revendiquée par les Islandais, de rencontrer les morts. Des réseaux de solidarités se tissent ainsi entre les communautés de vivants et de morts. Un système généralisé d’échanges se dévoile : celui-ci procède par une coopération des morts et des vivants qui s’inscrivent mutuellement dans leurs communautés respectives.

Pour en savoir plus :

Un temple islandais construit au coeur du cimetière. Entre Noël et le jour de l'an, toutes les tombes sont rituellement illuminées.

Un temple islandais construit au cœur du cimetière. Entre Noël et le jour de l’an, toutes les tombes sont rituellement illuminées.

Des articles :
* « Réseaux de vivants, solidarités de morts » Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?
« Thanatos et Eros. Les morts au service des relations amoureuses dans la religion palo monte (Cuba) »
, Katerina Kerestetzi, Terrain  n°62, Les morts utiles
« Les morts utiles »
, Vinciane Despret, Terrain n° 62, Les morts utiles.

« En aparté avec les morts… »
, Pascale Trompette et Sandrine Caroly, Terrain n°43, Peurs et menaces.
« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres », Anne Christine Taylor, Terrain n°29, Vivre le temps (texte intégral).
« La mort et la conception de la personne », Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant. Les rituels mortuaires chez les Tsiganes de Hongrie », Michael Stewart, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« La maison du pendu. Le suicide chez les vaqueiros des Asturies », Maria Cátedra, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« La mort en images », Francesco Faeta, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
« Ces morts qui soutiennent les vivants » et  « les rituels funéraires 2.0 » dans Le Monde.


Vous aimerez aussi...