Les chimpanzés sont-ils des personnes ?

« Le tribunal correctionnel de Rennes a été saisi par une affaire pour le moins étrange qui semble faire grand bruit sur le vieux continent. […] Au banc des accusés, monsieur D., un membre bien connu des milieux associatifs locaux pour son activité militante en faveur des animaux, qui se voit reprocher d’avoir enlevé Harry, huit ans. […] Le jeune Harry, un chimpanzé Pan troglodytes, a été recueilli par l’équipe de primatologues du centre de recherches de Rennes, où madame D. est directrice de recherches. Il a cependant vécu, durant toute cette période, au domicile des D. […] A la suite d’une série de dramatiques crises de colère ayant laissé quelques traumatismes sur les mains de ses protecteurs, Harry se retrouva dans une cage. Monsieur D. dit s’être fermement opposé à cette pratique, et affirme que toute cette histoire ne serait jamais arrivée si les scientifiques ne s’étaient acharnés à rendre Harry plus humain. Selon lui, c’est en définitive l’humanité qui se révèle dans cette violence de Harry. Tout cela explique qu’au moment de la séparation, monsieur D. a pris la décision de libérer Harry et, profitant d’une absence de son ex-épouse, d’emmener le chimpanzé à son nouveau domicile. Madame D. a porté plainte, et l’affaire se retrouve donc à ce jour devant les tribunaux. Ce cas ne manque pas d’attirer l’attention de très nombreux groupes de pression, notamment ceux qui, depuis bientôt trois décennies, militent pour qu’un statut particulier soit accordé aux quelques grands singes aujourd’hui survivants. On s’interroge aujourd’hui sur le statut qui sera accordé à la plainte : vol ou enlèvement ? De cette décision, on le pressent, dépend l’identité qui sera accordée à Harry : chose – qui peut donc être soustraite – ou au contraire (ce qui serait passablement révolutionnaire) personne – ainsi passible d’être enlevée. On comprend que ce cas ait de quoi susciter l’intérêt. » Vinciane Despret et Serge Gutwirth in Terrain n° 52.
Cette scientifiction rejoint la réalité. En effet, la justice américaine vient d’être saisie par une organisation de défense des animaux afin de reconnaître la « personnalité juridique » de quatre chimpanzés, un statut qui leur permettrait de bénéficier de meilleurs traitements. Les chimpanzés peuvent-ils prétendre aux droits de l’homme ?

 

Pour en savoir plus :

terrain-13628-52-l-affaire-harry• Un article : 
« L’affaire Harry. Petite scientifiction », Vinciane Despret et Serge Gutwirth, Terrain n° 52, Être une personne.

• Sites et Blogs :
L’article du Monde, Peut-on donner des droits humains aux animaux ?, Droit des animaux : le manifeste de 24 intellectuels.


Vous aimerez aussi...