Israël : refus d’un don de sang d’une députée d’origine éthiopienne

La semaine dernière, la députée noire Pnina Tamano-Shata s’est vu refuser son don de sang par une l’organisation caritative Magen David Adom à cause de ses origines falashas.
« La religion des Dati (les Israéliens religieux) n’a rien à voir avec la nôtre. Les farenge (les Blancs) ne tuent pas les bêtes correctement ; du coup on ne peut pas manger leur viande, alors qu’ils peuvent manger la nôtre puisque nous tuons selon la Bible et les lois que Moïse nous a données. Et puis, en Ethiopie, quand une fille naissait, la mère restait quatre-vingts jours seule dans une hutte. Ici, les femmes qui viennent d’accoucher restent à la maison ! Nous, on ne se marie pas sur sept générations, ici, ils s’épousent entre cousins germains ! Ils appellent ce pays Israël, mais ce n’est qu’un nom, c’est nous qui sommes le véritable Israël! » Alequa Birre, un Juif éthiopien immigré en Israël, aime parler ainsi de la supériorité religieuse des Ethiopiens sur les autres Israéliens. Les Beta Israël, (connus également sous le nom de Falashas) vivaient dans de petits villages des montagnes du nord de l’Ethiopie, parmi leurs voisins chrétiens et musulmans. Alors que beaucoup se convertissaient au christianisme, un petit groupe de Beta Israël parvint à préserver une identité sociale, économique et religieuse distincte. Une des clés de cette persistance a été la ténacité avec laquelle ils ont observé un ensemble de pratiques de pureté imposées par la Bible, créant autour du groupe une frontière symbolique et sociale. Mais, une fois en Israël, dans leur terre promise, ils se virent assigner une position sociale marginale. Alors, ils continuent à utiliser leurs exigences de pureté communautaire, pour se démarquer, pour pouvoir encore se considérer comme les « vrais Juifs », les meilleurs Juifs, surmontant ainsi leur marginalité dans la société israélienne.

Pour en savoir plus :

Un jeune Falash Mura en Ethiopie en 2005

Un jeune Falash Mura en Ethiopie en 2005

• Des articles : 
« “Les plus purs des Juifs”. D’Ethiopie en Israël, l’évolution des rituels de purification falashas », Tanya Schwarz, Terrain n° 31, Un corps pur.

• Sites et blog : 
Refus d’un don de sang d’une député noireLes Falashasles expulsions d’immigrés africains en Israël.

• A voir :
Beta Israël, les derniers juifs d’Ethiopie.