Guerre de 14-18 : exposition des œuvres d’art mutilées

Le 24 novembre 1916 est inaugurée au musée du Petit Palais, à Paris, une « Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi » (intitulée aussi « Exposition des œuvres d’art évacuées de la zone des armées »). Pourquoi organiser une telle exposition en pleine Première Guerre mondiale ? Comment le choix des objets s’est-il effectué, selon quels critères et par qui ?
« Il peut paraître paradoxal que les belligérants aient aussi massivement montré en images, et dans une moindre mesure, exposé publiquement leurs monuments et œuvres d’art détruits, endommagés ou perdus, autant de symboles de leurs propres faiblesses, même si le but de ces opérations est de dénoncer la brutalité de l’ennemi ou de vanter ses propres vertus en matière de protection du patrimoine. En effet, les nations en guerre ont largement instrumentalisé leur patrimoine respectif – qu’il soit détruit, endommagé, disparu, retrouvé ou resté intact – pour accroître l’effort de guerre et la cohésion nationale, en exploitant notamment – intentionnellement ou non – sa charge émotionnelle. Afin d’émouvoir les foules et d’attiser la haine de l’ennemi, le patrimoine architectural et artistique est mis en scène dans la presse, dans les supports de la propagande visuelle, et, dans une mesure plus restreinte, dans des expositions. » Christina Kott in Emotions patrimoniales

Pour en savoir plus :

Kott 3

Vierge et Enfant de l’église de Curlu

• Un livre :
“Guerre et patrimoine. L’Exposition des œuvres d’art mutilées » de 1916. Christina Kott in Emotions patrimoniales

Sites et blog :
Le catalogue de l’exposition au Petit Palais, la liste du patrimoine mondial en péril de l’UNESCO.

 


Vous aimerez aussi...