Les héros du franquisme

En juillet 1936, le putsch nationaliste dont la victoire installe la dictature franquiste au pouvoir jusqu’en 1975, marque le début d’un processus d’héroïsation nationale.
« Et dès les premiers jours du soulèvement militaire dont il prend la tête, le général Francisco Franco, soucieux de s’appuyer sur ce qu’il nomme les “facteurs spirituels” accorde une importance toute particulière à la diffusion d’images et de récits héroïques au service de sa cause.[…] La propagande du régime franquiste a produit une telle masse de gestes héroïques qu’il devient difficile d’individualiser les quelques figures dont il est besoin pour servir de modèle identitaire. Quelques unes émergent cependant du lot : celle du Cid, ombre qui suit le Caudillo dès les premiers temps du régime ; celles de Sainte Thérèse d’Avila et d’Isabelle la Catholique, proposées en exemple de destins féminins ; celle de Guzman el Bueno, modèle de l’officier Moscardo qui soutint le siège de l’Alcazar de Tolède. Plutôt que des héros, le franquisme a tenté de populariser des images de la nation héroïque, et voulu proposer l’Espagne toute entière comme nation de héros – une Espagne qui serait parvenue à extirper d’elle-même, par le fer et par le feu, la part d’anti-Espagne qui s’y était développée depuis un XIXe siècle libéral et démocratique que le régime abhorrait.» Marie-Danielle Demélas-Bohy.

Pour en savoir plus :

images• Un livre :
L’héroïsation d’une seule Espagne. Les héros du franquisme (1936-1975). Marie-Danielle Demélas-Bohy in La fabrique des héros. Sous la direction de Pierre Centlivres, Daniel Fabre, Françoise Zonabend.

• Sites et Blogs :
Histoire de l’Espagne, L’ombre du franquisme, Les fantômes de la guerre d’Espagne, L’Espagne se refuse à juger le franquisme.


Vous aimerez aussi...