Plaisir et douleur : le marathon des sables

« Les courses de l’extrême telles que la Desert Cup et le Marathon des Sables, qui traverse pendant sept jours le Sud marocain sur quelques 240 km en autosuffisance alimentaire, regroupent des passionnés qui surinvestissent de sens la douleur qu’ils consentent à éprouver pour atteindre leur objectif, la ligne d’arrivée. Plus de plaisir, plus de douleur, plus d’intensité, plus de tout. La douleur ressentie et consentie ne peut se dissocier du plaisir éprouvé à courir dans des conditions particulièrement dures : durée, terrain accidenté, conditions climatiques extrêmes, encadrement minimal, solitude, etc…, d’autant que l’émotion engendrée par la réalisation d’une passion passe par les sens et s’intensifierait lorsqu’elle repose sur d’importantes modifications physiologiques. » Aude Mottiaux in Ethnologie des gens heureux.
Quels sont les enjeux de cette expérience liminaire ? Se réapproprier son corps en le soumettant ? Transcender la douleur ? Se surpasser ? Appartenir à une communauté ? Accéder à la sérénité ? Être reconnu socialement ? Se libérer ?

Pour en savoir plus :

index• Un article :
À la poursuite du bonheur… par corps. L’engouement des «désert cupeurs» pour une pratique sportive. Aude Mottiaux in Ethnologie des gens heureux. Sous la direction de Salomé Berthon, Sabine Chatelain, Marie-Noelle Ottavi, Olivier Wathelet.

• Sites et Blogs :
Le marathon des sables, Sport : voies du plaisir, revers de la douleur.

• A faire :
Le marathon des sables du 4 au 14 avril 2014.


Vous aimerez aussi...