La mémoire devant l’histoire

« Les historiens nous apprennent quel a été le nombre de déportés revenus en France, ils peuvent aussi évoquer la difficulté de leur réinsertion. Monsieur R. M., lui, se souvient bien d’un seul rapatrié. ” Il avait déjà fait un séjour à l’hôpital, dans un centre de réadaptation, parce qu’il avait été des jours et des nuits à faire des cauchemars, à se rappeler des tortures. Il était d’une maigreur à faire peur. Il ne parlait pratiquement pas de sa déportation. Il ne m’a pas semblé qu’il avait une haine envers les Allemands, ni envers cette frange de Français qui avaient coopéré avec eux. Il avait la tête rasée et venait au bal avec la sœur de son amie, une fille qui avait été tondue à la Libération. On les voyait danser ensemble, tête rasée contre tête rasée. ”  L’image de ces deux têtes, rasées l’une par les Allemands-ennemis, l’autre à cause des Allemands-amis, ce rapprochement de deux êtres humiliés, par-delà les causes opposées auxquelles on les avait assimilés, n’ont-ils pas une force démonstrative aussi grande que de longs enchaînements argumentés ? » * Tzvetan Todorov in Terrain n°25.
La mémoire est-elle condamnée à rivaliser avec l’histoire ? La mémoire est subjective, l’histoire, plus objective, certes. La mémoire se réfère au rapport que l’individu entretient avec un passé personnel, alors que l’histoire se voit décrite comme un discours impersonnel, froid, sec, abstrait, qui ignore le vécu humain. Pour autant, l’histoire a-t-elle, seule, le monopole de la vérité ? Les historiens comme les ethnologues n’ont-ils pas tout intérêt à accueillir à leurs côtés les voix de ce que l’on appelle la mémoire ? Mémoire et histoire peuvent-elles être complémentaires ?

Pour en savoir plus :

fraternite_2014_visuel_final_affiche_-_copie• Des articles : 
* « La mémoire devant l’histoire »
, Tzvetan Todorov, Terrain n° 25, Des sports. 
« Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Arlette Farge, Terrain n° 38, Qu’est-ce qu’un événement ? « Quand la mémoire resurgit. La rébellion de 1947 et la représentation de l’Etat contemporain à Madagascar », Jennifer Cole, Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme.

• Sites et blog :
La mémoire de la Shoah : pourquoi faire ?, Carte interactive des lieux d’histoire et de mémoire, seconde guerre mondiale : mémoire des hommes.

• A faire :
Colloque-débat “Fraternité 2014 : Devoir(s)de Mémoire(s) : Enrichissement commun ou concurrence victimaire ? “ le vendredi 28 novembre 2014 à 20h30 au CCLJ de Bruxelles, le Mémorial de la Shoah, Maison de l’histoire de France, Mémorial de la seconde guerre mondiale, Normandie.


Vous aimerez aussi...