Des morts pour pleurer

Les Warao du delta de l’Orénoque, au Venezuela, ne se souviennent des morts que dans la mesure où ils leur permettent de pleurer. Ils cherchent à vivre intensément la douleur de la perte ou de l’absence. « Mais pourquoi voudrait-on souffrir et pleurer ? Il semble difficile de n’y voir qu’une perversion masochiste érigée en pratique culturelle, et je pense que l’expérience du deuil joue un rôle plus constructif dans la vie sociale. On peut en effet la concevoir comme une épreuve morale : la réaction à la perte ou à l’absence d’une personne révèle, en creux ou en négatif, l’attachement que l’on a eu pour elles, et dont on est capable pour les vivants. Plus qu’une obligation conventionnelle, dont le non-respect susciterait une punition ou une indignation servant à réaffirmer la cohésion morale du groupe, le deuil est une épreuve qui permet d’évaluer la qualité morale très inégale des personnes. » Olivier Allard in Terrain n°62.
Ainsi la peine que les Warao sont capables de ressentir est un révélateur de moralité. Cette peine est aussi constamment anticipée, de telle sorte que les vivants apparaissent souvent comme des morts en puissance : l’assurance de le pleurer à sa mort est le moyen le plus efficace de convaincre son interlocuteur d’une affection sans faille.

Pour en savoir plus :

Allard 6HD

Après un décès, le cadavre est exposé jusqu’à ce que tous les parents du défunt l’aient vu.

Un article :
« Des morts pour pleurer. Les usages moraux du deuil chez les Warao du delta de l’Orénoque », Olivier Allard, Terrain n° 62.

• Sites et blogs :
Les indiens Warao, le site d’Olivier Allard.

 


Vous aimerez aussi...