Etre “Cain-ri”

Le basket « made in USA » est aujourd’hui la norme de référence pour de nombreux jeunes basketteurs de banlieue parisienne. Certains d’entre eux, auto-nommés “Cain-ris”, se réapproprient les codes du « hip-hop ball », alliant culture hip-hop et culture basket, pour se forger une forme d’identité hybride, où les attributs culturels afro-américains sont adaptés à leur environnement social.
« ” Je suis très souvent au contact de la culture américaine. Quand je me lève, j’allume le pc, je mets de la musique et, comme je t’ai dit, c’est beaucoup de l’américaine. La nourriture : McDo, très américain. Quand je sors faire du sport : basket. Quand je regarde la télé c’est américain. Donc ça fait beaucoup : très américain. Salim, 19 ans. ”
” C’est clair qu’étant noir, quand tu regardes toutes ces stars américaines à la télé et que t’en vois trois-quatre à la télé chez les Français, tu te dis : c’est pas le même monde pour les Noirs. Les Noirs aux États-Unis ont peut-être pas les meilleures conditions de vie au départ mais quand tu vois après, tu te dis que c’est le pays où tout peut se passer et où tout peut arriver. Tu vois des mecs des ghettos qui grandissent avec rien du tout et qui finissent avec des millions sur leur compte en banque ! Quand t’es noir, t’as plus de chances de réussir là-bas qu’ici. Baringa, 17 ans. ” »
* David Sudre in Terrain n°62.
Comment et pourquoi cette population jeune des milieux populaires est-elle si tournée vers les États-Unis ? Pourquoi la culture du hip-hop ball connaît-elle un succès si retentissant et pourquoi est-elle aussi accaparée par les Cain-ris ? Comment se traduit l’« hip-hop ballisation » des jeunes en question ? Et comment participe-t-elle à leur construction identitaire ?

Pour en savoir plus :

Une équipe de jeunes Cain-ris

Une équipe de jeunes Cain-ris

• Un article :
« Être ” Cain-ri “. L’appropriation du basket américain en banlieue parisienne », David Sudre, Terrain n° 62, Les morts utiles.

• Sites et blogs :
Un entretien avec David Sudre, le basket NBA : l’incarnation d’une Amérique “post-raciale” ?


Vous aimerez aussi...