Carnaval : le monde à l’envers

« Le premier dimanche de mai a lieu, à Montbard en Bourgogne, une « cavalcade régionale » qui a toutes les caractéristiques d’un carnaval sans en porter le nom et sans en respecter la date. (…) Le « clou » du spectacle — qui est aussi sa clôture — est la mise à mort, dans les flammes, de « Sa Majesté Carnaval » qui, depuis 1946, est représenté sous la forme d’un énorme mannequin en carton figurant un capitaliste (reconnaissable à son chapeau, à son cigare et à ses sacs de dollars). (…) Le rituel s’insère dans une tradition ouvrière et, plus exactement, dans la tradition politique de la lutte des classes. L’organisation de la Cavalcade n’est pourtant pas confiée à un parti politique ou à un syndicat, mais au comité des fêtes de Montbard. (…) La Cavalcade apparaît donc comme une manifestation unificatrice, à laquelle participent tous les habitants. Ainsi, on relève cette phrase significative dans Les Dépêches du 11 mai 1975, pendant la troisième semaine de grève des usines Vallourec (la plus grande grève depuis 1968) : « Le temps d’une Cavalcade, les Montbardois ont oublié leurs soucis. » (…) En effet, « Sa Majesté Carnaval » combine des caractéristiques carnavalesques et des allusions politiques : il est énorme, avec le visage rouge et une grande bouche, ce qu’on peut mettre en relation avec la signification « charnelle » de Carnaval, mise en évidence par J. Caro Baroja, qui se présente comme un gros personnage glouton, ventru et rouge (références à la viande) ; il est habillé en smoking noir, le cigare à la bouche, et précédé de panneaux faisant référence à l’actualité. Cet ensemble de symboles politiques associe le capitalisme à la Suisse, à l’habit, au cigare et, plus généralement, à l’avidité, à une sorte de « gloutonnerie » d’argent. C’est le « mangeur de profit », en somme. Sur cet exemple, on ne sait donc plus quelle représentation a contaminé l’autre : est-ce le carnaval (symbole de gloutonnerie, opposé au jeûne de Dame Carême) qui a pris un sens politique dans cette commune à tradition communiste ? Est-ce au contraire l’image du capitaliste qui s’est transformée en monstre glouton et grotesque du fait de sa coexistence avec la signification « alimentaire » de Carnaval ? »
Le mot carnaval vient de la proclamation, le premier jour du carême, de l’interdiction de manger de la viande. Ce qui caractérise foncièrement le carnaval, c’est « se déguiser, inverser l’ordre des choses, insulter ou offenser, manger, boire à l’excès »,  ou encore « détruire l’ordre social ». Cette pratique très ancienne est toujours d’actualité et regroupe aujourd’hui des manifestations très différentes en fonction des sociétés.  Que dit le carnaval de ces sociétés ?

Pour en savoir plus :

mucem02• Des articles : 
« “Premier Mai fais ce qu’il te plaît”. Réinterprétations contemporaines d’éléments folkloriques dans une petite ville ouvrière de l’Auxois », Florence Weber, Terrain n° 11, Mélanges (texte intégral).
« Mieux vaut habiller les saints que déshabiller les ivrognes. Vêtir les saints à San Juan de Plan (Aragon) », Deborah Puccio, Terrain n°38, Qu’est-ce qu’un évènement ? (texte intégral).

Sites et Blogs : 
Les carnavals en France, et dans le monde.

• A faire : 
“Le monde à l’envers. Carnavals et mascarades d’Europe et de Méditerranée” au MUCEM à Marseille, jusqu’au 25 août.

• A écouter :
“Du Brésil à l’Afrique du Sud, la fièvre des carnavals – Quand les masques renversent l’ordre social” sur France Culture.


Vous aimerez aussi...