Dépêchez-vous d’attendre, ou l’attente au quotidien chez les militaires de carrière

« La devise ici : “Mieux courir pour mieux attendre.” Je décode : réveil à 6 h pour un départ prévu vers 13 h. Quelle bande de nains. Je les hais !!! », Lettre d’un conscrit à sa petite amie, datée de 1988.
« Bah au moins, y a un truc réaliste… c’est l’attente dans les vab [véhicule de transport des troupes]… Tu vois Mathias, ça, ils savent le faire. Nous faire nous lever à cinq heures du matin pour nous faire attendre jusqu’à sept heures avant de quitter la fob [base opérationnelle], en Afgha c’est toujours comme ça… », Sergent Beaufils, camp de Canjuers octobre 2012.
« L’époque de la conscription, révolue depuis 2001, a puissamment ancré dans le sens commun l’idée que le quotidien des soldats est fait d’attente et d’ennui, que ces derniers cherchent à occuper. Si dans l’armée du « temps de papa » certains s’ennuyaient à attendre, qu’en est-il dans l’armée devenue entièrement « professionnelle » ? Le rapport au temps de l’engagement est-il le même pour les membres de la troupe que pour les conscrits qui payaient l’impôt du temps ? Pour les professionnels sous contrat qui composent aujourd’hui l’armée, être militaire est un travail. Ce travail consiste d’ailleurs à entretenir constamment leurs « capacités », physiques, techniques et tactiques, en vue d’un déploiement en opération. Le travail quotidien des militaires est ponctué de temps d’attente, que ce soit au quartier ou sur le champ de bataille. […] Encore aujourd’hui, l’armée jouit d’un droit de préemption sur ses membres. Les hommes de la section sont disponibles en « tout temps et en tous lieux ». Matthias Thura in Terrain n°63.
Quelle est la relation au temps qui se noue entre, d’un côté, un groupe humain spécifique (les militaires du rang) et, d’autre part, une grande organisation qui produit des « capacités de combat » (des soldats et des instruments de guerre articulés ensemble) ?

Pour en savoir plus :

Départ pour une marche d'infiltration. Alignés le long d'une butte, il faut attendre que la colonne d'hommes se forment et se mettent en branle.

Départ pour une marche d’infiltration. Alignés le long d’une butte, il faut attendre que la colonne d’hommes se forment et se mettent en branle.

Un article :
« Dépêchez-vous d’attendre ! Travail militaire et socialisation au combat », Mathias Thura, Terrain n°63, Attendre.

Site et Blogs :
Le ministère de la Défense


Vous aimerez aussi...