L’art brut

« C‘est un peu joli, leur truc ! Il paraît que c’est de l’art moderne, un type vachement connu, soi-disant. Moi, quand je suis passé à côté, j’ai cru que c’était quelqu’un qui avait vidé son garage et qui avait tout posé là, pour s’en débarrasser. (…) Il paraît qu’à la municipalité ils voulaient absolument des trucs en fer, en fonte, enfin pas des statues ordinaires, tout ça pour le côté industriel de la commune, la métallurgie, l’usine, tout ça. D’accord, c’est bien. Mais alors, pourquoi ils sont pas allés chercher des types de l’usine ? Parce que j’en connais, moi, des types, chapeau ! Ils font ce qu’ils veulent avec leurs doigts. Des vrais génies. Alors là, eux oui… C’est pas des artistes parce que c’est des ouvriers mais pas loin quoi. Ils ont de l’or dans les mains. Et puis, ce qu’ils font, ça a de la gueule, ça ressemble à quelque chose, tu vois que les types, ils savent ce qu’ils font. J’ai des collègues, franchement, je leur tire le chapeau, je les admire parce que vraiment, c’est des mecs doués. Et c’est pas forcément des mecs qui ont fait des études et tout. Non… Ça leur vient… Ils sont… Ils sont doués, il y a pas d’autre mot. Pas comme l’autre avec son tas de ferraille… »
« L’exposition en question, qui se voulait une mise en scène et une valorisation du passé industriel de cette petite ville, provoqua une très vive émotion au sein de la commune. On ne comprenait pas ces tôles torturées, ces amoncellements de pneumatiques polychromes, ces machines-outils chamarrées auxquelles on avait adjoint quelque appendice insolite, ici une roue de bicyclette, là une clé à molette. Personne ne voulut reconnaître là la moindre trace d’« art ». (…) Car la critique était d’autant plus virulente que beaucoup citaient comme contre-exemple les productions de certains ouvriers qui, elles, recueillaient tous les suffrages. Elles seules auraient mérité d’être exposées, livrées à la connaissance et à l’admiration de tous. Jugement esthétique sans appel qui oppose deux conceptions différentes du « beau », ou du moins du « remarquable ». (…) Sillonnant les environs de cette petite ville métallurgique du Lot-et-Garonne, j’avais repéré quelques réalisations étonnantes : ici une tour Eiffel de deux mètres de haut réalisée avec de très petites planches de bois, là un mur uniquement composé de bouteilles scellées dans du ciment, à la manière de Sam Rodia, et puis deux jardins incroyables, celui de Martial B. et celui de Gillis, aux multiples statues polychromes, hommes et animaux mêlés. Des réalisations dignes de figurer dans Les Cahiers de l’art brut au côté des œuvres de François Portrat, de Louise Fischer et d’autres. (…) La revue Plein Chant n’avait-elle pas précisément consacré un numéro spécial à ces « Excentriques du pays aux bois », situé « aux confins de l’Agenais et du Périgord (débordant) sur le Quercy ». J. Ryczko y présente treize personnages, tels André Perrier, ancien sabotier auteur de figurines de bois, souvent d’inspiration religieuse, Nicolas Ryczko, son père, qui, retraité de l’usine métallurgique où il était ouvrier, a confectionné aussi bien des meubles que des statues, Marc Burc, ce viticulteur qui peupla sa maison d’animaux et de récipients étranges, faits de plâtre polychrome, de coquillages et de débris de vaisselle, mais aussi Emile Ratier, le plus célèbre de ces excentriquesdont les œuvres sont exposées à Lausanne, dans la collection de l’Art brut.  » Véronique Moulinié in Terrain n° 32

Pour en savoir plus :

cartonkatuOK/5• Des articles :
« Des « œuvriers » ordinaires. Lorsque l’ouvrier fait le/du beau… », Véronique Moulinié, Terrain n° 32, Le beau.

• Sites et blog :
Le CrABle poignard subtil.

• A faire : 
 » Sous le vent de l’art brut « , à la Halle Saint-Pierre jusqu’au 4 janvier 2015, Collection de l’art brut Lausanne, la collection d’art brut au LaM.


Vous aimerez aussi...