L’immigration aux frontières du patrimoine

En dépit du flou qui l’entoure, utiliser le terme de mémoire s’agissant de l’immigration semble aujourd’hui aller de soi. Qu’en est-il du patrimoine de l’immigration ? Le patrimoine apparaît-il quand la mémoire sort de l’espace privé pour entrer dans le domaine public ? Est-il une forme cristallisée et institutionnalisée de la mémoire ? Est-il soluble dans la mémoire ? Au-delà d’une indispensable clarification des termes, s’interroger sur l’articulation mémoire, patrimoine et immigration nécessite d’en comprendre les enjeux dans le débat public. La patrimonialisation ne peut être regardée indépendamment ni des attentes et des luttes pour la reconnaissance des immigrés, ni de son usage par les pouvoirs publics comme instrument de pacification.
Quels sont les acteurs et quelles sont les formes -observées et souhaitables- de la mémoire et du patrimoine de l’immigration en France, aujourd’hui ?

Pour en savoir plus :

couv immigration_patrimoineUn livre :
L’immigration aux frontières du patrimoine sous la direction de Noël Barbe & Marina Chauliac.

Sites et Blogs :
L’association les Oranges qui oeuvre à la reconnaissance de l’apport de l’immigration en France, Memorias : lieux de mémoire et d’histoirede l’immigration et de l’exil espagnol, l’association pour la sauvegarde du patrimoine culturel des juifs d’Egypte, la FACEEF : Fédération d’Associations et Centres d’Emigrés Espagnols en France,

• A faire :
Les Journées européennes du patrimoine, les 19 et 20 septembre 2015.