Nuit blanche et art contemporain

Des « ascensions magnétiques » à « la lumière des arbres » en passant par « ceux que nous sommes », la nuit blanche 2014 nous propose six parcours oniriques à travers la capitale. Depuis sa naissance, l’art contemporain suscite de violentes polémiques et se retrouve au cœur de considérations éthiques, esthétiques, politiques et économiques révélatrices de notre société. Quels sont les critères d’authenticité de l’art contemporain ? Tout le monde peut-il être un artiste ? La personnalité du créateur prend-t-elle le pas sur l’œuvre elle-même ? L’art contemporain est-il un énorme canular ? Qui décide du statut d’une œuvre ? Un artiste peut-il signer et revendiquer une œuvre qu’il n’a pas créée ? Est-ce le discours sur l’œuvre qui la rend authentique ?
« C’est Duchamp qui inventa la mise à l’épreuve de l’authenticité de l’objet d’art en tant qu’il atteste la présence de la main de son créateur : le ready-made est bien le premier objet signé par un artiste sans avoir été créé par lui, et qui ne soit pas pour autant un faux puisqu’il se présente comme un objet fabriqué industriellement. Bernard Edelman remarque d’ailleurs, à juste titre, que Duchamp joue sur l’ambiguïté entre le nom de l’auteur pris comme marque et celui de l’auteur pris comme créateur. Le rejet de l’urinoir par le jury du Salon des indépendants en 1917 révèle le caractère radicalement transgressif d’une opération aussi « contre nature « , manifestant par la négative la force de ce premier critère de l’authenticité qu’est l’assurance de la continuité d’un lien entre l’objet et son origine, en l’occurrence son créateur – « ce qui émane réellement de l’auteur auquel on l’attribue », selon Le Robert. Pour qu’un objet d’art soit « authentique », il faut que la chaîne qui le relie à son auteur n’ait pas été rompue, soit par l’intervention d’une autre main, soit par la confusion, intentionnelle ou pas, quant à l’identité de cet auteur. L’intégration de cette proposition paradoxale au sein du monde de l’art, deux générations après, montre à quel point les frontières de l’art ont été bousculées et élargies. La fascination qu’elle exerce encore aujourd’hui sur les artistes, ainsi que la réprobation qu’elle continue de susciter dans le grand public révèlent la profondeur des atteintes qu’elle inflige au sens commun de l’art et, partant, le plaisir qu’il peut y avoir à jouer avec elle. »* Nathalie Heinich in Terrain n° 33.

Pour en savoir plus :

116905-nuit-blanche-2014Un article :
« Art contemporain et fabrication de l’inauthentique », Nathalie Heinich, Terrain, n° 33, « Authentique ? » (texte intégral).

Sites et Blogs :
Le programme de la nuit blanche 2014, pour les amateurs d’art contemporain, art contemporain.com et la paddythèque.

• A voir :
L’écho dans l’urinoir sur ARTE Creative 

 

• A faire :
La nuit blanche 2014, « Marcel Duchamp, la peinture même » au Centre Pompidou jusqu’au 5 janvier 2015.


Vous aimerez aussi...