Mémoire et identité en Bosnie-Herzégovine

« Les méthodes employées pendant la guerre en Bosnie comprennent le siège prolongé des villes et leur affamement, l’usage symbolique de la violence (par exemple, les croix tailladées dans la chair vive), la prise comme cible de guerre de populations civiles et d’édifices religieux entraînant la mort et la destruction, le pillage, le feu, le viol, la castration. S’y ajoute l’obligation faite aux victimes de bafouer leurs propres traditions culturelles (en contraignant, par exemple, les Musulmans à uriner dans les mosquées) ou de rendre hommage à celles de leurs bourreaux (en forçant, notamment, les non-Serbes à entonner des chansons serbes). Ces actes et d’autres du même ordre nous sont devenus familiers à travers les récits des victimes. (…) Nombre de camps ont été improvisés, établis dans des écoles, des usines, des complexes miniers et autres. Nombre de bourreaux et d’assassins étaient des voisins, des collègues, des amis. Il existe certes à cela des raisons manifestement pratiques. Pour les camps, il s’agissait d’aller vite et le bâtiment le plus proche faisait l’affaire. Les gens du pays étaient sur place et ils se chargeaient des tortures et des meurtres ; il aurait été difficile d’enrôler des forces de l’extérieur en nombre suffisant pour faire le travail. Cependant, la nature personnelle de la violence et le fait qu’elle s’exerce dans des lieux et des décors bien trop connus des victimes est en soi un facteur essentiel dans le succès de la purification ethnique. Les voisins et les quartiers, les espaces et les lieux sont profondément imprégnés par les souvenirs de vies partagées et par l’idée que vous vous faites de la Bosnie. En transformant les voisins avec qui les relations étaient essentielles sur le plan économique, rituel et social en bourreaux et en meurtriers, en transformant les quartiers de voisinage en abattoirs, en transformant l’école même que vous aviez fréquentée en camp où l’un de vos anciens camarades de classe, ou l’un de vos élèves, vous retient prisonnier, les images que les gens avaient de la vie qu’ils avaient menée sont déformées et détruites, ainsi que la signification des lieux et le sens même du mot « voisin », intimement associé à la définition de la Bosnie et à certaines connotations du narod (peuple, nation). »* Cornélia Sorabji in Terrain n° 23.
Cette violence est directement liée aux tentatives de modification des significations attribuées localement à la catégorie abstraite, et toute moderne, de « nation ». Les brutalités visent à humilier, terroriser et tuer la population « ennemie » afin de l’expulser du territoire, mais aussi à transformer les présupposés communs aux victimes et à leurs persécuteurs quant à la nature même des groupes et des limites identitaires, cela afin de prévenir tout retour futur de la population exilée.

Pour en savoir plus :

Camp de Trnopolje en 1992 (photo S. Connors)

Camp de Trnopolje en 1992 (photo S. Connors)

Des articles :
* « Une guerre très moderne. Mémoire et identités en Bosnie-Herzégovine »
, Cornélia Sorabji, Terrain n° 23, Les usages de l’argent.
« Techniques de la menace »
, Élisabeth Claverie, Terrain, n° 43, Peurs et menaces.

• Site et blog :
Le nettoyage ethnique en Bosnie-Herzégovine : buts atteints ?, la guerre de Bosnie-Herzégovine a fait chuter sa population de 600 000 personnes, la guerre en Bosnie : archives INA, le courrier de la Bosnie-Herzégovine.


Vous aimerez aussi...