Imitation et anthropologie

« Dans les années 1950 et 1960, les critiques de l’impérialisme ont placé les phénomènes d’imitation au cœur de l’aliénation coloniale. Dressant le portrait du colonisé en regard de celui du colonisateur (Memmi 1957 ; Fanon 1952), elles dénonçaient la double contrainte de l’assimilation. Exigée de l’indigène, à qui l’on demande en permanence de se nier, c’est une entreprise nécessairement vaine, l’identification de l’indigène avec le civilisé étant proprement impossible. “A l’effort obstiné du colonisé de surmonter le mépris […], à sa soumission admirative, son souci appliqué de se confondre avec le colonisateur, de s’habiller comme lui, jusque dans ses tics et sa manière de faire la cour, le colonisateur oppose un deuxième mépris : la dérision. […] Car jamais il n’arrivera à s’identifier à lui, pas même à reproduire correctement son rôle. Au mieux, s’il ne veut pas trop blesser le colonisé, le colonisateur utilisera toute sa métaphysique caractérologique. Les génies des peuples sont incompatibles ; chaque geste est sous-tendu par l’âme entière, etc. Plus brutalement, il dira que le colonisé n’est qu’un singe. Et plus le singe est subtil, plus il imite bien, plus le colonisateur s’irrite ” (Memmi 1973).» Emmanuelle Saada in Terrain n°44.
La notion d’imitation a été au cœur du projet colonial de la IIIe République. Dans les années 1920 et 1930, l’imitation est surtout objet de préoccupations de la part de l’administration coloniale. Dans la mesure où elle se donne pour tâche de reproduire le grand partage entre « indigènes » et « citoyens », elle doit faire face à une double contrainte posée par l’existence de phénomènes mimétiques : si l’imitation est l’instrument privilégié de la « mission civilisatrice », elle remet en cause la dichotomie colonisateur/colonisé au fondement de la domination coloniale produisant des « décivilisés » européens et des « évolués » indigènes.

Pour en savoir plus :

colonisationDes articles : 
* “Entre “assimilation” et “décivilisation”. L’imitation et le projet colonial républicain”, Emmanuelle Saada, Terrain n° 44, Imitation et anthropologie (texte intégral).
“Julius Lips et la riposte du sauvage. L’homme blanc vu par les indigènes”
Pierre Centlivres, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme.
« Solitaire et solidaire » Entretien avec Edouard Glissant »
, Philippe Artières, Terrain, n°41 – Poésie et politique (texte intégral). “Miroirs du colonialisme” Gérard Lenclud, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
“Quand la mémoire resurgit. La rébellion de 1947 et la représentation de l’État contemporain à Madagascar”
, Jennifer Cole, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
“Charles de Foucauld face aux Touaregs. Rencontre et malentendu”
, Dominique Casajus, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
« Il a tué les chefs et les hommes. » L’anthropologie, la colonisation et le changement social en Nouvelle-Calédonie”
, Michel Naepels, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
“« Merci à vous, les Blancs, de nous avoir libérés ! » Le cas des Dìì de l’Adamaoua (Nord-Cameroun)”
, Jean-Claude Muller, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme.
“Au nom des « vrais Africains ». Les élites scolarisées de l’Afrique coloniale face à l’anthropologie (1930-1950)”
, Benoît de L’Estoile, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
“La psychanalyse au secours du colonialisme. À propos d’un ouvrage d’Octave Mannoni”
, Maurice Bloch, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).

Sites et Blogs :
Education contre le racisme, études coloniales, le site africultures, sur Edouard Glissant, fondation Lilian Thuram, “l’invention du sauvage” au musée du Quai Branly.

A faire :
“Zoo humains, l’invention du sauvage” au Museum d’histoire naturelle d’Angers jusqu’au 28 décembre.


Vous aimerez aussi...