L’esprit de famille en Corse

« Dans le discours, la famille nioline ne se définit pas par la vie en commun, le travail partagé, la consommation collective, mais par des liens de parenté qui apparaissent comme un donné aussi « naturel » que déterminant (d’une ronce qui s’accroche, on dit qu’elle manifeste sa parenté : apparintevule). On peut ainsi entendre un certain nombre de témoins, étrangers à la Corse, exprimer un étonnement qui, malgré ou précisément à cause de la naïveté de la formulation, acquiert une certaine valeur. Tel, au début du xixe siècle, Joseph Lavallée (1792-1802) qui a parcouru les départements du Liamone et du Golo : « Le moins estimé parmi les Corses est celui qui a le moins de parents. Ils parlent avec orgueil de leur nombreuse famille, ils conservent précisément la mémoire d’une longue filiation d’aïeux. Ils énumèrent la quantité de frères, de gendres, de neveux que leurs ancêtres ont eu » ; ou son contemporain Gabriel Feydel (1798) : « La seule science dont s’occupent les Corses est celle des généalogies. Chacun y sait combien il a de parents mâles jusqu’au quatrième degré et même au-delà et quelles sont dans le pays les familles qui lui sont apparentées » ; ou encore Louis Adolphe Blanqui (1841) parlant de « la vive tendresse qui unit dans une famille corse tous les membres les plus éloignés jusqu’aux arrière-petits cousins. Point de salut hors de la famille ! » »* Gérard Lenclud in En Corse.

Pour en savoir plus :

6wI9S_PuBbn3kGyN3CwY-dq8uiNgbhF0hEIQWzrWkHNiSEAyefGmZqq-FbwVsRQlUsLy7QI6kvSoSJw38Tcq1ZEGzY40XsU=s0-d-e1-ft• Un livre :
* En Corse, une société en mosaïque. Gérard Lenclud.

• Un article :
« S’attacher. Le régime traditionnel de la protection en Corse », Gérard Lenclud, Terrain n° 21, Liens de pouvoir.

Sites et blog :
Revue espace-temps, corsicamania, journée mondiale de la Corse, l’association corsicadiaspora.

A voir :
L’esprit de famille en Corse aux Ateliers Varan.


Vous aimerez aussi...