La « glocalisation » du beau ?

« Les concours de beauté internationaux ne se contentent pas de prospecter de juvéniles beautés « naturelles » au service de l’humanité affligée. Ces femmes ne sont ni des archétypes esthétiques, ni les émanations d’un canon universel. Elles incarnent le patron indigène idéal que veulent afficher les nations sur la scène du beau international ; « Ambassadrices de charme », répète-t-on à l’envi. Chacune est présélectionnée comme la représentante d’un pays – icône nationale ou drapeau, comme le fut et le reste Marianne dans l’histoire de France (Agulhon 1992). Chaque Miss est le pattern d’une culture à destination de la consommation de masse d’un beau standardisé à prétention cosmopolite. Le défilé de cette société des nations donne à voir la gamme des types esthético-ethnico-érotiques possibles, encore qu’arasés par une « éloquence de la face » – définition du maquillage, selon Baudelaire – et un moulage du corps conçus par l’Occident. L’Europe, l’Afrique, l’Océanie, l’Amérique, l’Asie exposent ainsi annuellement leurs Barbie comme autant de fétiches nationalistes sexy. Afin de souligner leur caractère « authentique », ces clairs échantillons d’une « ethnicité nationale » arborent souvent quelques accessoires ad hoc. Tout leur être est le produit d’une négociation préalable entre jurés du pays d’origine sur les critères qui caractérisent la beauté locale, à savoir cette distinction digne d’être exportable pour être internationalement reconnue. » Jackie Assayag in Terrain, n°32

Pour en savoir plus :

Articles :
« La « glocalisation » du beau », Jackie Assayag, Terrain, n°32, Le beau (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Projet Before/after d’Esther Honig : les canons de beauté en fonction des pays, un article dans L’express, l’historique du concours Miss Monde.

• A voir :
Fashion mix au Musée de l’Histoire de l’Immigration, jusqu’au 31 mai 2015.




Vous aimerez aussi...