Gérer l’attente en prison

« La prison est un instrument de sanction par le temps : la sévérité de la sanction pénale se mesure à la durée de la peine, à sa longueur. Pour les détenus, la prison est alors le lieu d’une attente, d’un temps où l’on ne fait rien d’autre que “son temps” : un dispositif d’immobilisation par lequel le sacrifice d’un temps perdu pour les autres activités sociales (familiales, professionnelles, etc.) sert à expier une faute. Pourtant, dans la France contemporaine, la prison prétend aussi réinsérer, faire du temps passé en détention un temps utile de transformation : c’est de là qu’elle tire une légitimité en tant qu’institution d’un projet social.
Alors que la réclusion est souvent envisagée du point de vue de ceux qui la subissent, on propose ici d’interroger l’attente du point de vue des personnels de l’institution : surveillants, personnels de direction et conseillers pénitentiaires, qui ont la responsabilité de la prise en charge des détenus au sein de la prison ; juges de l’application des peines et procureurs qui n’interviennent qu’à la marge mais disposent d’un pouvoir décisionnaire important pour moduler le temps de l’incarcération. Comment ces personnels travaillent-ils à produire l’attente en prison, à la fois comme un temps de disponibilité du détenu sur lequel s’exerce le pouvoir de l’institution, et comme un temps de transformation en vue d’un projet ? À quelles contraintes et contradictions ces personnels sont-ils eux-mêmes soumis ? Pour répondre à ces questions, on envisagera la prison comme un cadre de travail mettant en présence différents types de professionnels assujettis à de fortes pressions organisationnelles, en même temps qu’à des injonctions morales relatives aux missions que l’institution s’assigne. » Yasmine Bouagga in  Terrain n°63.

Pour en savoir plus :

Prison d'Annoeullin, Lille, 2011. (photo B. Chibane / Sipa)

Prison d’Annoeullin, Lille, 2011. (photo B. Chibane / Sipa)

Un article :
« Le temps de punir. Gérer l’attente en maison d’arrêt », Yasmine Bouagga,  Terrain n°63, Attendre.
« Le temps suspendu. Rythmes et durées dans une prison portugaise »
, Manuela Ivone Cunha, Terrain n° 29, Vivre le temps (texte intégral).
*« Sociabilité, “société”, “culture” carcérales. La prison féminine de Tires (Portugal) »
, Manuela Ivone Cunha, Terrain n° 24, La fabrication des saints (texte intégral).

Sites et Blogs :
Observatoire international des prisons, conditions de détention et réinsertion.


Vous aimerez aussi...