Virus

« Pourquoi consacrer un numéro de Terrain aux virus plutôt qu’à la contagion ou au poison? Étymologiquement, les virus sont bien une des menaces qui suscitent la peur et le dégoût. Le virus se manifeste d’abord par les symptômes de l’organisme qu’il infecte : fièvre, vomissement, paralysie, jusqu’à la liquéfaction des organes pour les plus dangereux comme Ebola. Mais leur mode de propagation – ce qu’on appelle aussi la viralité – suscite plus de fascination encore. Le virus se définissant comme un être qui, n’ayant pas les moyens de se répliquer par lui-même, doit pour cela envahir un organisme, il est devenu une des modalités de description de la socialité. Le virus n’existant que dans une relation, il peut être conçu comme un opérateur relationnel. La viralité transforme la menace pour l’individu en chance pour le collectif : quelque chose passe entre les corps qui est l’occasion de s’ouvrir à la nouveauté, au risque de s’effondrer dans une réaction de panique. » *Nicolas Auray et Frédéric Keck in Terrain n°64.
Ce nouveau numéro de Terrain rassemble des articles exploratoires pour une ethnographie des relations entre hommes et virus dans les systèmes biologiques et informatiques.

Pour en savoir plus :

T64_couv_HDDes articles :
* « Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.
« L’invisible et le clandestin  », Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages », Morgan MeyerTerrain n°64, Virus.
« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.
« D’un mirage, l’autre », Jean-Pierre Piniès, Terrain n°64, Virus.
« La muse de l’anthropologie américaine », Amalia Dragani, Terrain n°64, Virus.
« Traverser sur un fil », Charlotte Pescayre, Terrain n°64, Virus.

• A faire :
Présentation du numéro par les  contributeurs le jeudi 9 avril à 18h30 au salon de lecture Kerchache au Musée du quai Branly.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search