Traitement précoce du VIH en Côte d’Ivoire

« En 1990, l’introduction des antirétroviraux a constitué un changement majeur dans la lutte contre l’épidémie de VIH sur le continent africain, modifiant les rapports entre les individus et le virus dont ils étaient porteurs. Si les individus séropositifs se vivaient ou étaient perçus comme victimes de la pandémie ou des violences structurelles, la médicalisation de la prévention depuis 2008 apparaît comme une autre évolution importante car elle implique la mise sous traitement précoce de patients pourtant asymptomatiques. En effet, si les outils de prise en charge thérapeutique reposaient jusqu’alors sur une logique strictement curative, les nouveaux outils de prévention, dont la mise sous traitement précoce, visent à l’éradication pure et simple du virus par une médicalisation toujours plus forte. Il ne s’agit plus pour les malades constitués en communautés politiques d’exiger un traitement, mais pour le pourvoyeur de soins d’identifier les porteurs de virus et de les faire entrer dans une communauté du soin, quelle que soit leur expérience de la maladie. La mise sous traitement précoce suppose en effet la prise de médicaments aux effets secondaires importants, les antirétroviraux, alors qu’aucun signe clinique ne témoigne de la condition de malade. » Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis in Terrain n°64
Quelles sont les conséquences anthropologiques et politiques de la mise sous traitement précoce ? Comment ces essais cliniques modifient-ils le rapport des patients au virus, à eux-mêmes et aux autres ?

Pour en savoir plus :

Prudence Condom AdvertisementDes articles :
*« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus. « 
L’invisible et le clandestin
 »
, Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages »
, Morgan MeyerTerrain n°64, Virus. « Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.
« D’un mirage, l’autre », Jean-Pierre Piniès, Terrain n°64, Virus. 
« La muse de l’anthropologie américaine »
, Amalia Dragani, Terrain n°64, Virus.
« Traverser sur un fil », Charlotte Pescayre, Terrain n°64, Virus.

• Sites et Blogs :
ANRS, OMS, ONUSIDA.

• A faire :
Présentation du Terrain n°64, Virus, le jeudi 9 avril à 18h30 au salon de lecture Kerchache au Musée du quai Branly.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search