La maroma mexicaine : patrimoine ou “cirque indigène” ?

« Claude Lévi-Strauss, dans son “Introduction à l’oeuvre de Marcel Mauss” , souligne la place et l’intérêt de l’étude des pratiques corporelles et circassiennes :  “Il s’agit là d’un patrimoine commun et immédiatement accessible à l’humanité tout entière, dont l’origine plonge au fond des millénaires, dont la valeur pratique restera toujours actuelle”. De nos jours, les arts et techniques du corps sont au cœur du phénomène global de la patrimonialisation culturelle et des débats qui en découlent.
La maroma (corde épaisse utilisée par les marins) a donné son nom à une expression spectaculaire, rituelle et festive pratiquée par des groupes d’artistes-paysans indigènes et métis dans les régions rurales du Sud du Mexique. Le “spectacle” inclut des danseurs de corde, des clowns, des trapézistes, des musiciens, et s’effectue en général à l’occasion de festivités communautaires. Actuellement, les collectifs de maromeros sont à la fois pris dans des processus de patrimonialisation et de “cirquisation”. Ce dernier s’instaure à partir de l’autodéfinition des collectifs de maromeros en tant que “cirque indigène” et de la revendication de cette tradition indigène par des cirques classiques qui souhaitent asseoir leur réputation. » Charlotte Pescayre in Terrain n° 64.
Quelles sont les transformations esthétiques, sociales et culturelles engendrées par ces différents processus au niveau local ?

Pour en savoir plus :

Pescayre 6HD• Un livre :
Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie. Sous la direction de Chiara Bortolotto.

Un article :
* « La maroma mexicaine contemporaine : patrimoine ou ″cirque indigène″ ?»
, Charlotte Pescayre, Terrain, n° 64, Virus.

• Sites et Blogs :
La liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCOle réseau des chercheurs sur les patrimonialisations.

 


Vous aimerez aussi...