La première affaire de hacker

Un savant fou. Un virus mortel. Du sexe. Des gadgets électroniques à la mode. Tous les ingrédients pour un grand feuilleton sont réunis. En 1989, éclate l’affaire de la « disquette Sida », l’un des premiers scandales internationaux portant sur des pratiques informatiques à risque qui désormais constituent notre quotidien : spam, logiciels malveillants, information scientifique non contrôlée.
« Entre le 7 et le 11 décembre 1989, la Ketema & Associates, une société fantôme basée à Londres, déclenche l’envoi en nombre de vingt-six mille enveloppes, chacune contenant une disquette de « renseignements introductifs sur le sida ». Spam électronique avant la lettre, ce déluge de plis non sollicités prend pour cibles des particuliers et des associations de patients situées surtout au Royaume-Uni, mais aussi dans d’autres pays européens et africains. La disquette permet, une fois insérée dans un ordinateur, d’accéder à « un logiciel interactif pour l’éducation à la prévention de l’affection appelée sida ». Les messages affichés sur l’écran prétendent que les renseignements contenus dans le logiciel peuvent « sauver la vie » de son usager, lequel est encouragé à le « partager avec d’autres personnes afin qu’elles puissent en bénéficier également ». Le programme administre un simple questionnaire (âge, sexe, antécédents médicaux, pratiques sexuelles, etc.), puis dispense des conseils pour limiter la prise de risque (diminution du nombre de partenaires sexuels, prophylaxie). Alarmiste, l’application veut évidemment toucher un public tout-venant, comme le démontrent certains des messages à la fin du questionnaire : « Danger : vous êtes averti que votre risque de contracter le sida est tellement important qu’il dépasse le barème des probabilités » ; « Achetez des préservatifs aujourd’hui même, en sortant de votre bureau » ; « Insistez avec votre partenaire sexuel sur la nécessité d’être mutuellement fidèles dans votre relation » (ibid.). Mais les expéditeurs inconnus ont aussi glissé dans la disquette un autre logiciel, du type « cheval de Troie » (trojan horse) – une application qui s’installe subrepticement dans le système informatique en y exécutant des tâches à l’insu du possesseur. […] Le logiciel sature le disque dur, crypte la totalité des fichiers présents et affiche un message qui invite l’usager à payer une redevance annuelle de 189 dollars pour continuer à utiliser la disquette. » Antonio A. Casilli in Terrain n°64.
Alors la disquette Sida,  grande opération de sensibilisation publique ou acte isolé d’un savant fou ?

Pour en savoir plus :

Casilli 3HDUn article :
* « Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.

• Sites et Blogs :
ANRS, OMS, ONUSIDA.


Vous aimerez aussi...