L’ethnopoétique

« Quoique l’anthropologie puisse se vanter d’illustres précurseurs tel le Grec Hérodote, sa constitution académique en tant que science sociale exercée par des professionnels ne remonte qu’au début du XXe siècle. À la fin du XIXe siècle et pendant les vingt premières années du XXe siècle, l’anthropologie et ses protagonistes durent engager une bataille pour fournir à leur discipline une crédibilité scientifique et académique.
Parmi les stratégies adoptées durant la période de sa fondation académique, la création et la définition de ses propres frontières remplit une fonction importante. […] Cependant, de nombreux anthropologues fondateurs de la discipline manifestèrent un fort intérêt pour l’art, la musique et la littérature, et surtout pour la poésie.
[…] À New York, au café Le Métro, où jouaient les beat, Allen Ginsberg et les autres, la New York School, les poètes confessionnels, le groupe du Black Mountain College animé par Charles Olson et les Deep Image, où avaient lieu happenings, lectures d’open poetry et performative poetry, se donnaient rendez-vous les représentants de l’ethnopoétique. […]
Sur les traces du bouddhisme, sur les routes de leur patrie d’élection, l’Inde, les jeunes de la counter generation redécouvraient le sacré, mis à l’écart selon eux par la société technocratique. Ils suivaient l’exemple de la spiritualité amérindienne (« native ») et de la separate reality des chamanes. La drogue, la folie, les expériences extrêmes étaient recherchées pour élever la conscience ordinaire vers une dimension visionnaire : l’expérimentation liée à l’ouverture des consciences par l’utilisation de drogues psychédéliques et l’expérience corporelle. Le jazz était revendiqué comme modèle d’improvisation poétique, et l’élément mystique ne faisait qu’un avec l’engagement politique et littéraire. Durant ces années, les littératures des minorités revendiquaient également leur visibilité : les Amérindiens natifs affirmaient la Native American Renaissance, les Afro-Américains se réappropriaient le folklore du Sud à travers la black aesthetic, tandis que les Chicani, citoyens américains d’origine mexicaine, qui avaient jusqu’alors produit une littérature discrète, profitaient de la soudaine notoriété du théâtre Campesi.
Un groupe de poètes et d’anthropologues envisagea d’étudier, de comprendre et de comparer entre elles les diverses traditions poétiques existantes de par le monde. Qualifiant leur entreprise d’« ethnopoétique », ils fondèrent la revue Alcheringa Ethnopoetics. » *Amalia Dragani in Terrain, n° 64.

Pour en savoir plus :.

The Flyer (photo North Wind Pictures / Leemage)

The Flyer (photo North Wind Pictures / Leemage)

Un article :
* « La muse de l’anthropologie américaine. Poètes-anthropologues,  « techniciens du sacré »  et field poetry », Amalia Dragani, Terrain, n° 64, Virus.

• Sites et Blogs :
Institut des humanités de Paris, L’ethnopoétique et l’anthropologie structurale, Groupe de recherche en ethnopoétique.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search