La shoah des tsiganes

Moi je ne peux pas croire que je suis encore en vie. Ma survie a été une punition. J’ai demandé à Dieu, encore et encore : « Pourquoi ai-je été épargnée, moi seule ? » Ils ont détruit toute notre vie : l’amour, les familles, la cohésion. Nous n’avons plus de familles. Tout est en lambeaux. Ils ont tout pris. Les gens se faisaient confiance, ils étaient ouverts, chaleureux… Tout ça est détruit. Je ne crois même plus en moi-même. Ce qu’ils ont détruit, c’est la foi qu’on avait les uns dans les autres, et tous les sentiments qui la font vivre. (Maria R., stérilisée en 1944, interviewée à Hambourg en 1989.)

« Entre 1939 et 1945, dans tous les pays dominés par les nazis, dans chaque ville, dans chaque village, dans chaque camp de concentration, les Tziganes, comme les juifs, furent persécutés à cause de leurs origines. À la fin de la guerre, les deux tiers des 3 000 Tziganes allemands, une proportion plus importante encore des Tziganes autrichiens, tchèques et croates, et des dizaines de milliers d’autres, étaient morts. En Allemagne, ceux qui survécurent avaient pour beaucoup été stérilisés, d’autres étaient restés mutilés par le travail forcé. Il est encore très difficile de chiffrer précisément le total des morts, mais il semble que 130 000 Tziganes au moins, peut-être beaucoup plus, furent tués directement par la politique raciale de l’État allemand et de ses alliés directs, en particulier l’Italie, la Croatie et la Roumanie. […] Et pourtant, l’extermination massive et la stérilisation des Sinti (Tziganes allemands), des Roms et des Tziganes est peut-être un cas d’école de catastrophe moderne niée et tombée dans l’oubli général. » Michael Stewart in Terrain, n° 54.

 

Pour en savoir plus :

Examen d'anthropologie raciale : contrôle de la couleur des yeux pratiqué sur une jeune fille tsigane, 1936-1940 (photo Bundesarchiv)

Examen d’anthropologie raciale : contrôle de la couleur des yeux pratiqué sur une jeune fille tsigane, 1936-1940 (photo Bundesarchiv)

• Des articles :
*« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tsiganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Obstacle aux recherches sur les camps de la mort. Une pensée scientifique prise entre l’insignifiance et l’offense »
, Patrick Bruneteaux, Terrain, n° 42.
Homme/Femme.

• Sites et blogs :
La fondation pour la mémoire de la ShoahGroupe d’action internationale sur la Shoah, Mémoire locale et Seconde Guerre mondiale, INA – Mémoires de la Shoah, Urba-Rom, Études Tsiganes, Encyclopédie multimedia de la Shoah.

A faire :
Le Mémorial de la Shoah, Musée d’Auschwitz-Birkenau


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.