Bricoler le vivant dans des garages

« En janvier 2013, une question parlementaire assez inédite est adressée au ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur. Un député de l’UMP s’inquiète d’un nouveau mouvement qui se développe aux États-Unis : la « biologie de garage ». S’interrogeant sur la possibilité que cette forme de biologie dans des laboratoires particuliers ne débouche sur « des actes malveillants ou illicites », il demande au ministère si la biologie de garage existe aussi en France et comment en éviter les « dérives » et les risques sanitaires. Dans sa réponse, le ministère explique que si ce mouvement existe en effet en France, il fait déjà l’objet de la plus grande vigilance : les « risques en matière de défense et de sécurité sont clairement identifiés » et des « mesures techniques de prévention et de confinement existent en effet pour tous les objets biotechnologiques avec des règles s’appliquant à tous les types de laboratoires ». D’un autre côté, le ministère souligne qu’au « niveau international, la stratégie du dialogue est en effet pour l’instant préconisée comme la plus à même de ne pas entraver l’innovation et ses retombées économiques ». La réponse du ministère est donc double : confinement et non-entravement.
Les discussions autour de cette « biologie de garage », qui se fait en dehors des institutions scientifiques traditionnelles – et que l’on appelle aussi « do-it-yourself biology » –, tournent souvent autour de deux positions. D’un côté, la biologie de garage suscite des inquiétudes à l’égard des risques pour la santé et l’environnement. Bioterrorisme, échappée accidentelle, contamination de l’environnement, fabrication de virus : les dangers que l’on imagine sont nombreux. De l’autre côté, le mouvement est souvent célébré comme favorisant une science plus démocratique, citoyenne et ouverte. La biologie de garage pourrait même avoir une valeur économique et un fort potentiel d’innovation : la comparaison avec Steve Jobs, qui a bricolé des ordinateurs dans un garage avant de fonder Apple, est fréquente. » *Morgan Meyer in Terrain n°64.

Pour en savoir plus :

bio• Des articles :
*« Bricoler le vivant dans des garages »
, Morgan MeyerTerrain n°64, Virus.
« Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.

• Sites et Blogs : 
La Paillasse, Do it Yourself Bio  (en anglais), The Boston Open Source Science Lab (en anglais), the Homebrew Computer Club (en anglais)

• A faire :
Les évènements de La Paillasse


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search