Paradis à vendre

« Pensez-vous que Tahiti soit un paradis ?
Qu’est-ce qui fait le charme de Tahiti ? »
Que proposez-vous pour assurer aux populations tahitiennes un avenir adapté au caractère de l’île et aux exigences de la vie moderne ? »
Ces questions, posées en 1963 par un hebdomadaire polynésien  à des touristes européens, font ressortir l’évidence des présupposés colonialistes.
Le développement du tourisme de masse en Polynésie-Française au début des années 1960 exploita pleinement les qualités légendaires de Tahiti. Les autorités coloniales et l’élite métisse promirent aux touristes une expérience collant à l’image floue mais attrayante d’un paradis terrestre, et comprenant l’accès à un artisanat et à des spectacles « traditionnels ». Après plus d’un siècle de contact européen et d’administration française, une telle offre exigeait des habitants du cru qu’ils s’engagent dans une sorte d’auto-imitation en transformant leurs traditions en show touristique !» Daniel J. Sherman in Terrain n° 44.

Pour en savoir plus :

220px-Tahiti_and_Moorea_topographic_map.svg• Des articles : 
« Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) », Daniel J. Sherman, Terrain n° 44,  Imitation et Anthropologie (texte intégral).  
« Modernité, corps et transformation de soi. Les salons de coiffure aux îles Tonga [Polynésie occidentale) »
, Niko Besnier,  Terrain n° 61, Les morts utiles
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) »
, David Berliner, Terrain n° 55, Transmettre
« Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage »
, David Brown, Terrain n° 33, Authentique ? (texte intégral).

• Sites et Blogs : 
L’organisation mondiale du tourisme, l’office du tourisme de Tahiti.


Vous aimerez aussi...