Journée internationale de la musique

« Au milieu des années 1960 naît un genre musical qui finira par être baptisé reggae. Il apparaît comme une création jamaïquaine moderne et urbaine, une invention de la jeunesse pauvre de la basse ville de Kingston. Il dit d’emblée, par sa seule émergence en tant que musique fondée sur une cellule rythmique inédite, l’existence sociale et la force de création d’un des groupes les plus dépréciés : les jeunes qui vivent dans ce qu’ils dénomment eux-mêmes le ghetto. Ils endurent de manière plus intense que leurs aînés le mépris du noir que l’esclavage et le colonialisme ont légué à la Jamaïque. Le reggae signifie le rejet de ce mépris, le refus de l’accepter plus longtemps : il montre que ces jeunes démunis peuvent créer et que leur création est suffisamment puissante pour être reconnue au-delà des mers ; dès lors, leurs musiciens porte-drapeau seront acceptés et reconnus en Jamaïque même. La musique charrie une émotion neuve où se fondent révolte et fierté : ce qui est noir ne peut plus être voué au mépris. »* Denis-Constant Martin in Terrain n°37. Dans des régions aussi différentes que la Jamaïque, le Cap-Vert, les Caraïbes, le Brésil ou le Zimbabwe, l’émergence d’un genre musical a permis de fédérer les communautés, de valoriser leur identité et de changer les rapports politiques et sociaux.

Pour en savoir plus :

• Un article :
*« « Chanter l’amour ». Musique, fierté et pouvoir » Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, blog reggae.


Vous aimerez aussi...