Glissements de Terrain

« Qu’on me pardonne le calembour : si l’on jette un coup d’oeil en arrière, les trente-deux années de Terrain se présentent comme une série de glissements heureux. Glissement originel du patrimoine vers l’ethnologie ; glissement de la France vers l’Europe, lorsqu’en 89 la revue fait sa révolution – début d’un long dérapage contrôlé qui l’emmènera sur tous les territoires de l’anthropologie. Glissements disciplinaires aussi, vers l’histoire surtout, également vers la psychologie ou l’éthologie. Autant de déplacements menés à contre-courant des spécialisations qu’aurait dictées la sagesse académique ou la discipline éditoriale. Ces trois décennies qu’on a pu voir comme des années de crise plus ou moins aiguë pour l’anthropologie, dans l’ombre des paradigmes déboulonnés,Terrain les a traversées sans se départir du désir de théoriser ses objets, de relier les terrains et les réflexions. » 

« Terrain qui disparaît, ce fut d’abord une rumeur à laquelle nul ne croyait vraiment. Une solution allait être trouvée. Puis on crut à un canular. (…) Face aux preuves, il faut donc se résigner à l’incroyable catastrophe (n° 54). Après un dernier éclat de rire (n° 61), l’évocation réconfortante de l’utilité des morts (n° 62), Terrain s’éteint en exigeant de ses derniers lecteurs un peu de nostalgie (n° 65). L’injonction n’était pas nécessaire. Fauchée à trente-deux ans en pleine gloire, la revue est un peu à l’édition anthropologique ce que Marilyn Monroe est au cinéma. Et l’on se console un peu de cette comparaison. » * in Terrain n°65.

Pour en savoir plus :
00_couv65seule-small260• Des articles
 :
« Glissements de Terrain », le conseil de rédaction et Dessins de Jean-Marc DumontTerrain n° 65, Nostalgie.
« Pourquoi la nostalgie ? » Olivia Angé et DavidBerlinerTerrain n°65, Nostalgie
« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se regrette. 
Photographies rétro et colorisation » GilBartholeyns, Terrain n°65, Nostalgie.
« Le goût d’autrefois. Pain au levain et attachements nostalgiques dans la société contemporaine » OliviaAngé, Terrain n°65, Nostalgie
« Un nom éternel qui jamais ne sera effacé. 
Nostalgie et langue chez les juifs d’Égypte en France » MichèleBaussant, Terrain n°65, Nostalgie
« Nostalgie cherche preneur. 
Les peintures d’Amatiwana Trumai »
 Sophie Moiroux et Emmanuel de Vienne, Terrain n°65, Nostalgie.
«
 
Nostalgies impérialiséesMémoires plurielles et contestations politiques en Angola du Nord » Ruy Llera Blanes et Abel Paxe, Terrain n°65, Nostalgie
«
 
La consolation des objets. Esthétique de la nostalgie dans l’oeuvre d’Orhan Pamuk », Patrizia Ciambelli et Claudine Vassas, Terrain n°65, Nostalgie.


Vous aimerez aussi...