L’immigration aux frontières du patrimoine

En dépit du flou qui l’entoure, utiliser le terme de mémoire s’agissant de l’immigration semble aujourd’hui aller de soi. Qu’en est-il du patrimoine de l’immigration ? Le patrimoine apparaît-il quand la mémoire sort de l’espace privé pour entrer dans le domaine public ? Est-il une forme cristallisée et institutionnalisée de la mémoire ? Est-il soluble dans la mémoire ? Au-delà d’une indispensable clarification des termes, s’interroger sur l’articulation mémoire, patrimoine et immigration nécessite d’en comprendre les enjeux dans le débat public. La patrimonialisation ne peut être regardée indépendamment ni des attentes et des luttes pour la reconnaissance des immigrés, ni de son usage par les pouvoirs publics comme instrument de pacification.
Quels sont les acteurs et quelles sont les formes -observées et souhaitables- de la mémoire et du patrimoine de l’immigration en France, aujourd’hui ?

Pour en savoir plus :

couv immigration_patrimoineUn livre :
L’immigration aux frontières du patrimoine sous la direction de Noël Barbe & Marina Chauliac.

Sites et Blogs :
L’association les Oranges qui oeuvre à la reconnaissance de l’apport de l’immigration en France, Memorias : lieux de mémoire et d’histoirede l’immigration et de l’exil espagnol, l’association pour la sauvegarde du patrimoine culturel des juifs d’Egypte, la FACEEF : Fédération d’Associations et Centres d’Emigrés Espagnols en France,

• A faire :
Les Journées européennes du patrimoine, les 19 et 20 septembre 2015.

Vouloir devenir invisible

«  Dans un appartement de la banlieue de Melbourne, Bich, une jeune femme vietnamo-australienne d’une vingtaine d’années, se réveilla en entendant à la radio les nouvelles du drame. « Merde !, grommela-t-elle en replongeant la tête sous les draps, que c’est embarrassant ! ». En racontant ce moment, plusieurs mois après les faits, elle était encore choquée et légèrement déconcertée par sa réaction initiale – sans hésiter cependant à en faire part. Elle se souvient des sentiments qu’elle éprouva tandis qu’elle était sous le feu des actualités radiophoniques et de leurs commentaires consternants. Elle ne ressentit de tristesse ni pour les jeunes assassinés ni pour leur famille, elle ne ressentit que de la honte et de l’humiliation. « Je le ressentis physiquement », dit-elle, en évoquant sa fureur provoquée par le comportement de ces « imbéciles de garçons viets ». Elle se souvient de n’avoir eu qu’une seule pensée clairement formulée : « Quels imbéciles de cons stupides ! ». Tout en se préparant pour aller au travail, Bich devenait de plus en plus préoccupée et agitée en imaginant les gens qu’elle allait rencontrer et qui l’identifieraient comme étant une Vietnamienne. Il n’y avait pas moyen, se lamentait-elle, d’échapper à cette identité. Et ce jour-là, tout particulièrement, elle enrageait de n’être visible pour le monde extérieur qu’en tant que Vietnamienne. (…)
La promesse d’appartenance multiculturelle est-elle donc vide ? Peut-être cet attachement à  « faire partie » est-il fait d’ »optimisme cruel ». Les possibilités d’appartenance dans un espace multiculturel, hiérarchique et racial, basé sur une hiérarchie raciale dont le citoyen idéal demeure blanc – ni jaune ni noir –, sont compromises dès le départ. Les immigrants en Australie, ordonnés en fonction d’une hiérarchie légitimée par la race, deviennent socialement visibles à cause de leurs « différences », générant le désir chez certains de devenir invisibles. Quand ils parlent de leur désir d’invisibilité, ils plaident pour être vus différemment plutôt qu’être perçus comme différents. Pour ceux dont la différence est visible, pour qu’ils puissent être vus autrement, le regard du multiculturalisme doit être modifié. Quand la honte colle et fige sur place les corps, cet état exige soit de remplacer la personne, soit de transformer le monde qui produit ce corps empli de honte. »* Maree Pardy in Terrain n°63.

Pour en savoir plus :

sc0012

Attendre de faire partie. Des Vietnamiens-Australiens célèbrent la fête nationale : un avant-goût du sentiment d’appartenir pleinement à la société multiculturelle australienne.

• Un article :
*
« Honteux d’attendre. Vouloir devenir invisible (Australie) », Maree Pardy, Terrain n°63, Attendre.

• Sites et Blogs :
Regard critique sur le multiculturalisme australien, Multiculturalisme, l’Australie divisée.

Etre migrant irrégulier en France

« C’est la mort d’un ami, victime de la répression policière de son association étudiante, qui décide Mamadou Conté à quitter la Guinée. Après une étape au Maroc, il entre en France avec un passeport d’emprunt et découvre très vite la réalité de cette vie d’étranger en situation irrégulière puisqu’il est arrêté et placé en rétention quatre mois après son arrivée. Comme la grande majorité des personnes interpellées, il est libéré après cinq jours d’enfermement.

Je repars de moins que zéro : moins un. Je ne suis même pas encore arrivé à zéro. Parce que pour arriver à zéro, il faut au moins une situation, à partir de là chercher un boulot et chercher un logement. Mais là d’abord tu commences par chercher le point zéro […]. Toi t’es même pas au point de départ. Il faut arriver en situation régulière, où tu n’as pas peur d’être persécuté et tout ça, d’être raflé à longueur de journée alors que tu te promènes. Tu vois, c’est le quotidien que nous vivons. (Mamadou Conté, 27 mars 2011.)

Ne pouvant reprendre ses études interrompues en quatrième année, il assiste à quelques cours à l’université et enchaîne les petits boulots pour tenter de subvenir à ses besoins en attendant une régularisation qu’il espère prochaine. Passé le soulagement d’avoir réussi à entrer en France, la plupart de mes interlocuteurs, comme Mamadou Conté, parlent des premiers temps comme d’un « départ à zéro » où tout reste à faire. Trouver un logement, chercher un emploi et surtout apprendre à se débrouiller dans cette nouvelle vie…» Stefan Le Courant in Terrain n°63,

Pour en savoir plus :

Le Courant 5HDDes articles :
« Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile », Carolina Kobelinsky, Terrain n°63, Attendre.
« Être le dernier jeune. Les temporalités contrariées des migrants irréguliers », Stefan Le Courant, Terrain n°63, Attendre.

• Sites et blogs : 
La demande d’asile en FranceFrance, terre d’asile, Les cada en FranceLe juge de la Cour nationale du droit d’asile et l’intime conviction, Un article « Immigration, asile » dans Libération.

Il ou Elle

« C’était après la naissance du petit [son fils]. Je suis allé voir un chirurgien pour qu’il m’enlève ce que j’avais en haut, parce que je ne les supportais plus. Et c’est là que pour la première fois j’ai entendu le mot transsexuel. Je ne savais pas ce que ça voulait dire. Il m’a demandé si j’étais transsexuel. Je lui ai dit : écoutez, je connais des amis homosexuels mais transsexuels, non, je ne sais pas ce que ça veut dire. Moi, ce que je savais, c’est qu’il y avait des hommes qui devenaient des femmes et qui se prostituaient. Voilà l’image que j’avais, c’est tout ! »* Camel, 43 ans, FTM**, transition achevée.

Dans les sociétés démocratiques contemporaines, les identités de genre sont devenues complexes. La mode porte l’androgynie aux nues, une député transgenre vient d’être élue en Pologne… « Nous sommes tous transsexuels », dit Jean Baudrillard (1987). Cela signifie-t-il qu’un homme ou une femme peut, du jour au lendemain, s’engager dans un parcours en vue d’effectuer une transition ? Sentir que l’on n’est pas ce à quoi son corps renvoie exige d’en avoir la certitude inébranlable. Comment les transsexuels en viennent-ils donc à se reconnaître du genre opposé et dans quelles circonstances ?

** FTM : abréviation de la terminologie anglo-saxonne signifiant female to male et qui désigne une femme biologique devenue un homme

Pour en savoir plus :

•Des articles :
*« D’un genre à l’autre. Identité refusée, identité abandonnée », Sébastien Sengenès, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« Accords et désaccords », Claudine Vassas, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« Constituer des hommes et des femmes : la procédure de transsexualisation », Laurence Hérault, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).

•Sites et Blogs :
L’association nationale transgenre, le réseau Transgender Europe, des artistes s’intéressant à la transexualité : Cindy Sherman, Valérie Belin et Flore-Ael Surun, définition du transexualisme, droit des personnes transgenres

L’Inde aux deux visages

« D’abord nous assassinerons quelques Anglais et nous sèmerons la terreur… Nous nous engagerons dans une guérilla, et nous vaincrons les Anglais », ce à quoi Gandhi répond : « En d’autres termes, vous voulez profaner la terre sainte de l’Inde. Ne tremblez-vous pas à l’idée de libérer l’Inde en commettant des assassinats ? Ce que nous devons faire, c’est nous sacrifier. Qui voulez-vous libérer au moyen d’assassinats ? Les millions d’Indiens ne le souhaitent pas. Ce sont ceux qui sont intoxiqués par une misérable civilisation moderne qui pensent ainsi […] La véritable autonomie est la maîtrise ou le contrôle de soi-même. » Gandhi in Collected Works of Mahatma Ganghi.

« Ces dernières années, Gandhi a-t-il pris part à la vie sociale des masses populaires ? S’est-il assis la nuit au coin du feu avec un paysan pour tenter de savoir ce qu’il pense ? A-t-il passé juste un soir en compagnie d’un ouvrier d’usine ? Nous, nous l’avons fait, et pour cette raison nous déclarons savoir ce que pense le peuple. Nous assurons Gandhi que l’Indien moyen, tout comme l’être humain moyen, comprend très peu de choses aux finesses subtiles bien que logiques de l’ahimsa et du « il faut aimer ses ennemis ». Ainsi va le monde. Vous avez un ami, vous l’aimez, parfois tellement que vous vous faites tuer pour lui. Vous avez un ennemi, vous l’évitez, vous le combattez, et si possible vous le tuez. Le gospel des révolutionnaires est simple et franc ». Bhagat Singh in Manifeste socialiste républicain de l’Hindoustan.

A l’instar de leurs actions, l’imagerie de ces deux hommes révèle et véhicule une conception très différente de l’Inde : Gandhi le non-violent drapé dans un khadi et Baghat Singh, le révolutionnaire, homme en costume trois pièces.

Pour en savoir plus

•Des articles :
« L’Inde aux deux visages : Dalip Singh et le Mahatma Gandhi », Simeran Gell, Terrain n° 31, Un corps pur (texte intégral).

Attractions touristiques

« Dans la ville d’Hiroshima, il y a un vaste espace découvert appelé le parc de la Paix. On n’est pas étonné d’apprendre qu’il est situé à l’endroit où la première bombe atomique est tombée, en 1945. Non seulement il en marque l’emplacement mais il fut créé par la bombe elle-même. Seul un hall d’exposition endommagé est resté debout près de l’épicentre. Construit dans les années 1930, sa structure en béton armé l’a sauvé d’une totale destruction. Cet amas enchevêtré d’acier et de béton est le symbole fort d’un événement effroyable. Un nouvel édifice le jouxte ; musée et centre de conférences, il contient d’autres vestiges, des photographies et des témoignages contemporains. Ce site est visité chaque année par un grand nombre de touristes-pèlerins en provenance du monde entier et accueille les rassemblements pour la paix à l’initiative d’un large éventail de tendances politiques. Tout important symbole qu’il puisse être, ce hall d’exposition est un faux. Quand il a menacé de s’effondrer totalement – les éléments naturels ayant relayé le travail de la bombe –, la municipalité l’a fait reconstruire dans cet état de semi-ruine.[…] Quoi qu’il en soit, on ne peut pas se méprendre sur l’horreur qu’inspire le site d’Hiroshima. Quelques-uns des gardiens sont (ou furent) eux-mêmes des survivants de la bombe. Bien que le site ait pour centre un faux, il suscite des émotions profondes et authentiques. Il est ce que j’appelle ici un  » faux authentique « . » David Brown in Terrain n° 33.
Quelle est vraiment l’attraction pour les touristes et pour ceux qui la mettent en scène : les objets, généralement des « faux authentiques » ? Ou la relation entre les visiteurs et les guides, relation dont l’objet n’est que le médiateur ? Par quoi les touristes sont-ils attirés ? Par la recherche de « l’authentique » ? La découverte d’autres cultures et d’autres individus ? L’accès à un artisanat et à des traditions « locales » ? Mais que signifie cette pratique de masse pour les « locaux » ? La nécessité de conserver la tradition et le patrimoine au détriment de l’accès à la modernité ? La transformation des traditions en « show touristiques » pour se conformer à l’attente du touriste ?

Pour en savoir plus :

Le Dôme de Genbaku, Hiroshima.

Le Dôme de Genbaku, Hiroshima.

• Des articles :
« Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage », David Brown, Terrain n° 33, Authentique ? (texte intégral).
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) », David Berliner, Terrain n° 55, Transmettre.
« Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) »
, Daniel J. Sherman, Terrain n° 44,  Imitation et Anthropologie (texte intégral).

• Sites et Blogs :
L’organisation mondiale du tourisme

Apprentissages

 » Si l’on priait un esprit caustique de caractériser la conception longtemps dominante, dans les sciences humaines et sociales, du développement individuel, il s’amuserait peut-être à dire qu’elle est le produit d’une complicité objective, sinon d’une alliance conclue en bonne et due forme, entre l’anthropologie culturaliste et la psychologie behavioriste. La première affirme que les comportements humains sont entièrement gouvernés par la culture ; la seconde avançait que l’homme est infiniment malléable et grand ouvert à l’endoctrinement. C’est pourquoi, au sein de cette conception dominante, on oppose radicalement hérédité et environnement, nature et éducation, inné et acquis, biologie et culture ; c’est pourquoi également on manifeste une certaine détestation envers l’idée même de nature humaine, spontanément associée à celle de déterminisme biologique. En devenant doublement sapiens, l’homme aurait rompu ses amarres d’avec la nature ou, plus exactement, sa nature serait celle d’un être intégralement culturel, donc particularisable à merci. »* Gérard Lenclud in Terrain n°40.
L’enfant n’est-il qu’une page blanche ? La construction de la personnalité est-elle seulement socio-culturelle ? Peut-on envisager l’esprit humain initial autrement que comme un réceptacle vide, malléable et non organisé ? Quelle est la place de l’enfant lui-même dans l’apprentissage ? Tout ce qui est su est-il nécessairement enseigné ?

Pour en savoir plus :

• Des articles :
« Apprentissage culturel et nature humaine », Gérard Lenclud, Terrain n°40, Enfant et apprentissage (texte intégral). “
Pourquoi les enfants ont-ils des traditions?”
. Olivier Morin, Terrain n°55, Transmettre.
“Culture enfantine et règles de vie”. Jeux et enjeux de la cour récréation. Julie Delalande, Terrain n°40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« L’acquisition du langage. Ce que l’enfant nous apprend sur l’homme »,
 Harriet Jisa, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« Pourquoi les anthropologues n’aiment-ils pas les enfants ? »
, Lawrence A. Hirschfeld, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral).
« Etre enfant à Rome. Le dur apprentissage de la vie civique »
Emmanuelle Valette-Cagnac, Terrain n° 40,Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« Les dieux, les ancêtres et les enfants »
, Paul L. Harris, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« Imitation et développement humain : les premiers temps de la vie »
, Andrew N. Meltzoff et M. Keith Moore, Terrain n° 44, Imitation et Anthropologie (texte intégral).

• Sites et blog : 
Les troubles de l’apprentissage chez l’enfant, journée mondiale de l’éducation le 7 août 2015.