Chorégraphie contemporaine

« La pulsation propre à la chorégraphie contemporaine tend vers le scintillement du corps, vers une alternance de sa présence et de son absence. Il existe une propension de la danse actuelle à faire que le corps se dérobe au sens premier du terme qui veut dire « dépouiller ». En effet, le corps humain, dans de nombreuses pièces, est mis à nu physiquement, précisément il est dénudé en une sorte de strip-tease dramatique ou désopilant. Peut-être alors la chorégraphie, qui est devenue un art parfaitement hybride, est-elle aux limites de la pensée, avec la nudité ? Georges Bataille a eu cette formule frappante :  » Je pense comme une fille enlève sa robe. A l’extrémité de son mouvement, la pensée est l’impudeur, l’obscénité même ». Les mouvements extrêmes de la chorégraphie contemporaine frôlent véritablement l’érotisme, l’obscénité parfois, mais dans un déplacement qui relève de la parodie, de la violence ou de la radiographie de l’image. […] Cependant, le corps se dérobe aussi parce qu’il échappe aux catégories auxquelles on veut l’assigner. Il est continuellement fuyant dans les ruptures de symétrie particulières à la contemporanéité dansante, d’où les figures paradoxales de l’esquive, de l’échappée, de l’évitement, du dégagement, entre les corps. Cela n’empêche pas la mêlée à un autre moment. Tous les codes de la danse moderne sont comme détournés, détruits, ou présentés à la dérobée, c’est-à-dire de façon furtive, subrepticement. »* Alain Mons in Terrain n°35.

Pour en savoir plus :

téléchargement (1)• Des articles :
*« Le corps dérobé», Alain Mons, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« La danse, le corps, l’inconscient », José Gil, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch», Claudine Vassas, Terrain, n°49, Toucher.

• Sites et Blogs :
Danse aujourd’hui, ladanse.com.

• A faire :
Paris quartier d’été Jusqu’au 8 août 2015, Paris danses en Seine jusqu’au 31 août 2015.

Journée internationale de la danse

« Les chorégraphes contemporains ont pulvérisé la scène par une figuration qui permet l’errance des corps, la confrontation avec les images médiatiques, le jeu délibéré avec la pulsion sexuelle. Pouvons-nous dire que la danse fait événement dans les déplacements qu’elle offre, dans l’instabilité qu’elle propose au regard ? Le corps se dévoile jusqu’à l’extrême mais il se dérobe de toutes les façons, se situant au creux du visible. La danse d’aujourd’hui, se déployant dans un espace qui confine au non-lieu, nous fait-elle accéder aux dimensions paradoxales de la spectralité, de l’érotisme, de l’image surgissante ? Elle interroge de manière violente la contemporanéité par les failles qu’elle ouvre dans le désir de voir, par le jeu rythmé de la présence et de l’absence. » Alain Mons in Terrain n°35 *.

 Pour en savoir plus :

téléchargement• Un livre :
« Le hip-hop ou la danse à l’envers », Roberta Shapiro in Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique. Sous la direction de Véronique Nahoum-Grappe et Odile Vincent.

• Des articles :
*« Le corps dérobé», Alain Mons, Terrain, n°35, Danser (texte intégral). 
« La danse, le corps, l’inconscient »
, José Gil, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« La downtown dance à New York. Contexte socio-économique et préoccupations esthétiques »Terrain n°35, Danser (texte intégral).
« Le hip-hop. Une autre révolution », Felicia McCarren, Terrain n°44, Imitation et Anthropologie (texte intégral).
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch»
, Claudine Vassas, Terrain, n°49, Toucher (texte intégral).
« La danse traversière »,Claudine Vassas, Terrain n°35, Danser (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Le Centre National de la Danse à Pantin, cccdanseun blog sur la danse contemporainela danse contemporaine et ses rituels, le centre national de danse contemporaine-Angers, le Conseil International de la Danse.

• A faire :
Journée internationale de la danse, le 27 avril 2015.

La salsa : métissage musical

« L’histoire musicale de Cuba peut nous renseigner sur les possibilités d’identification que la salsa, cette forme de danse et de musique d’origine cubaine apparue à New York vers la fin des années 60, offre tout autant aux Africains qu’aux Européens. […] Théâtre de multiples vagues d’immigration, Cuba élabore un folklore sonore d’une extraordinaire richesse, grâce à l’apport de plusieurs traditions musicales. Après la découverte de l’île, en 1492, les premiers musiciens de la Conquête transfèrent au Nouveau Monde leur patrimoine poétique et musical. Les Noirs, provenant des côtes nigériennes, déplacés en Amérique comme esclaves, ont le don d’assimiler et de transformer ce matériel sonore, tout en lui imprimant, grâce à leur propre culture, un caractère nouveau. Les premiers groupes d’Africains qui débarquent à Cuba (Abakwa, Congos, Arara, mais surtout Yoruba) amènent avec eux les chants et les rythmes de leur terre d’origine. De la même manière que la rencontre entre le panthéon de dieux africains exaltés par la voix des tambours yoruba et le catholicisme imposé aux esclaves par les Espagnols engendre la Santeria, deux cultures musicales se rencontrent à Cuba pour donner lieu à des genres musicaux inédits. Aussi, le processus de créolisation qui débute dès le xvie siècle est accompagné par la naissance d’instruments qui ne sont plus ni européens ni africains mais propres à l’univers caraïbe, mulâtre ou métis. L’influence française, elle, se fait sentir plus tard. A la suite de l’insurrection des esclaves noirs de Saint-Domingue, en 1793, la Convention nationale française abolit l’esclavage dans les colonies. Une partie des colons français, suivis par leurs domestiques les plus fidèles, trouvent alors un refuge sur la côte orientale de Cuba, et particulièrement à Santiago, où ils importent des danses telles que le menuet, le passe-pied, la gavotte et, surtout, la contredanse. Cette dernière a un succès inouï dans l’île. Transformée en contradanza cubana, elle donne lieu à la danza puis au danzón, danse avec couples enlacés, à la différence de la contradanza qui est une danse à figures. Jusqu’aux environs de 1920, le danzón est considéré comme la danse nationale de Cuba. Dans les années 20, La Havane est envahie par le son, grâce auquel les percussions africaines, jusqu’alors confinées dans les quartiers pauvres habités par les Noirs, acquièrent une valeur universelle. Cette musique traditionnelle, populaire, d’origine africaine est à la base de la salsa qui se développe dans les quartiers hispanophones (barrios) de Manhattan, du Bronx ou de Brooklyn, en bénéficiant de l’apport fondamental des musiciens portoricains expatriés à New York. Le mot salsa (littéralement « sauce ») indique parfaitement ce mélange d’influences (andalouses, françaises, africaines, new-yorkaises, portoricaines) qui « … à la chaleur de l’invention rythmique du noir… se fondent pour donner naissance à de nouveaux corps ». » Déborah Puccio in Terrain n°35.

 Pour en savoir plus :

affiche• Des articles :
« Sous le signe de la salsa. Les danses latino-américaines à Toulouse », Deborah Puccio, Terrain n° 35, Danser.

• Sites et Blogs :
Salsa in Cuba, mundo-latino.

• A faire :
Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage.

Danser : le corps dérobé

« La pulsation propre à la chorégraphie contemporaine tend vers le scintillement du corps, vers une alternance de sa présence et de son absence. Il existe une propension de la danse actuelle à faire que le corps se dérobe au sens premier du terme qui veut dire « dépouiller ». En effet, le corps humain, dans de nombreuses pièces, est mis à nu physiquement, précisément il est dénudé en une sorte de strip-tease dramatique ou désopilant. Peut-être alors la chorégraphie, qui est devenue un art parfaitement hybride, est-elle aux limites de la pensée, avec la nudité ? Georges Bataille a eu cette formule frappante :  » Je pense comme une fille enlève sa robe. A l’extrémité de son mouvement, la pensée est l’impudeur, l’obscénité même ». Les mouvements extrêmes de la chorégraphie contemporaine frôlent véritablement l’érotisme, l’obscénité parfois, mais dans un déplacement qui relève de la parodie, de la violence ou de la radiographie de l’image. […] Cependant, le corps se dérobe aussi parce qu’il échappe aux catégories auxquelles on veut l’assigner. Il est continuellement fuyant dans les ruptures de symétrie particulières à la contemporanéité dansante, d’où les figures paradoxales de l’esquive, de l’échappée, de l’évitement, du dégagement, entre les corps. Cela n’empêche pas la mêlée à un autre moment. Tous les codes de la danse moderne sont comme détournés, détruits, ou présentés à la dérobée, c’est-à-dire de façon furtive, subrepticement. »* Alain Mons in Terrain n°35.

Pour en savoir plus :

forumsante-360• Des articles :
*« Le corps dérobé», Alain Mons, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« La danse, le corps, l’inconscient », José Gil, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch», Claudine Vassas, Terrain n°49, Toucher.
« La downtown dance à New York. Contexte socio-économique et préoccupations esthétiques », Terrain n°35, Danser (texte intégral).
« Le hip-hop. Une autre révolution », Felicia McCarren, Terrain n°44, Imitation et Anthropologie (texte intégral).
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch», Claudine Vassas, Terrain n°49, Toucher (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Le centre national de la danse, Danse aujourd’hui, ladanse.com, un blog sur la danse contemporaine, la danse contemporaine et ses rituels, le centre national de danse contemporaine-Angers.

• A faire :
Forum international « Danse et Santé » au centre national de la danse, les 27 et 28 novembre 2014.

Tango, gifle et caresse

« Dans les bals populaires et les clubs argentins de tango, une danseuse très sollicitée, au sourire lumineux et au rire excentrique, me dit un jour : « La milonga est une caresse et une gifle. Qui ne sont pas simultanées. Nous sommes dénigrées dans la milonga. Et nous y retournons. Ne t’ai-je pas déjà dit que les cours des académies de tango et la danse dans les milongas sont exactement pareils ? » Ces mots prirent peu à peu sens pour moi. Oui, elle me l’avait déjà dit. Elle m’avait dit : « Ils créent tous deux leur propre dépendance. » Et, depuis ce moment, j’avais pensé à cette dépendance. A cette compulsion d’y retourner, encore et encore. Mais, brusquement, elle avait souligné la raison même pour laquelle nous y revenions : pour elle, à ce moment précis, nous retournions à la milonga et aux cours pour la gifle. Cette pensée m’était nouvelle et je n’avais jamais entendu un danseur la formuler avant elle. » Julie Taylor in Terrain n°35.
Le tango manifeste les potentialités que possède l’art de mettre en scène la violence, en explicitant les rapports de domination entre les sexes par exemple, de la réinscrire ou de la rejouer.

 Pour en savoir plus :

VISUEL_FESTIVAL_PBTA_2014Un article :
« Tango, gifle et caresse », Julie Taylor, Terrain n°35, Danser (texte intégral).

• Sites et Blogs :
L’histoire du tango, la bible du tango.

• A faire :
Festival Paris-banlieue Tango, jusqu’au 30 novembre.

• A voir :
Un mini-documentaire de Frédéric Hontschoote sur le tango avec le texte de la revue Terrain.

Le hip-hop, une autre révolution

 » Si le hip-hop nord-américain traite de l’héritage de la ségrégation et de la ghettoïsation dans l’espace urbain, le hip-hop français est né d’une histoire fort différente liée à la décolonisation, au recrutement de main-d’œuvre et à l’immigration, et s’est développé dans les banlieues pluriethniques et multiculturelles qui ne reproduisent pas l’homogénéité des ghettos des centres-ville américains. Des deux côtés de l’Atlantique, ces minorités sont victimes du racisme et de la discrimination. La majeure partie des jeunes pratiquants du hip-hop provient de familles dont l’arrière-plan reflète ce type de faits et qui en furent marquées ; pourtant au moins une génération les en sépare. Qu’elle ait été ou non couronnée de succès, cette politique d’assimilation, pratiquée en France sous l’égide de l’universalisme, a offert une voie qui diffère de celle liée à un héritage d’exclusion et de répression. Le geste hip-hop familier se moquant du « I want you ! » (Je te veux !) de l’Oncle Sam, inscrit sur l’affiche de recrutement pour l’armée, se moque de l’autorité, mais cette parodie n’amoindrit pas la gravité de cette interpellation historique des Afro-Américains dont les possibilités d’emploi limitées les obligeaient à choisir une carrière militaire loin d’être toujours désirée. Quand les danseurs français, quelle que soit leur origine ethnique, exécutent ce geste, on doit y voir d’abord une citation puis, dans un deuxième temps, un geste lié à une interpellation différente. Bien qu’il puisse aussi se moquer du pouvoir, ce geste est effectué dans un cadre postcolonial et se réfère à un legs colonial au sein duquel, comme l’a expliqué Homi Bhabha, « l’imitation coloniale est le désir d’un “Autre” réformé, reconnaissable en tant que porteur d’une différence infime mais perceptible ». Ce geste, alors effectué « en français » par des Français se référant à l’héritage historique des générations précédentes, peut être considéré comme une imitation de l’autorité coloniale qui a imposé une langue et une culture en insistant pour assimiler des différences qu’elle prétendait ignorer. Aux États-Unis, ce geste est une critique d’une nation qui monopolise une langue et une culture, institue une différence raciale et refuse l’assimilation. » Felicia McCarren in Terrain n°44 *.
Dans une culture globalisée, on imagine la danse hip-hop comme doublement mimétique, comme un code gestuel ; pourtant, au sein de la culture hip-hop, il demeure des poches importantes de différences locales.

Pour en savoir plus :

Un livre :
« Le hip-hop ou la danse à l’envers », Roberta Shapiro in Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique. Sous la direction de Véronique Nahoum-Grappe et Odile Vincent.

Un article :
* « Le hip-hop. Une autre révolution », Felicia McCarren, Terrain, n°44, Imitation et Anthropologie.

Site et Blog :
All about hip hop, l’actualité du hip hop, le centre chorégraphique de la Rochelle , la maison du Hip Hop.

A faire :
Paris Hip Hop, quinzaine internationale du 22 juin au 4 juillet 2012, made in WIP 100% hip hop au Parc de la Villette du 26 au 30 juin.

Danser sa vie

« C’est une évidence que la danse en tant que pratique corporelle et culturelle voyage dans le temps et dans l’espace. Dans le temps à travers un type de mémoire corporelle qui subsiste sous plusieurs formes (traditions, transmission familiale, support rythmique), dans l’espace, car la plupart des danses sont ou seront des danses du voyage. Voyages d’un continent à l’autre, voyages d’aller-retour, voyages triangulaires, voyages de l’Europe blanche à l’Afrique noire, des campagnes aux villes, voyages des classes populaires à la bourgeoisie, le mouvement de la danse dans son essence contredit l’immobilité et dans sa réalité est un flux permanent »*. Christophe Apprill in Le tango argentin en France, 1988.
Ces métissages à l’œuvre dans toutes les formes de danse innervent aussi la danse contemporaine. La danse circule, traverse les corps, traverse les continents, fait ses révolutions. Et, ainsi que le dit Kracauer, « scelle la métamorphose de l’espace et du temps en événement ».

 Pour en savoir plus :

• Des articles :
*« La danse traversière », Claudine Fabre-Vassas, Terrain n°35Danser (texte intégral). « Sous le signe de la salsa. Les danses latino-américaines à Toulouse »Terrain n°35, Danser (texte intégral).
« Le corps dérobé»
, Alain Mons, Terrain, n°35, Danser (texte intégral). 
« La danse, le corps, l’inconscient »
, José Gil, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« Ce que « danser » veut dire. Représentations du corps et relations de genres dans les rituels de mariage à Tunis », Maud Nicolas, Terrain n°35, Danser (texte intégral).
« La downtown dance à New York. Contexte socio-économique et préoccupations esthétiques »
Terrain n°35, Danser (texte intégral).
« Tango, gifle et caresse »
, Julie Taylor, Terrain n°35, Danser (texte intégral).
« L’acte blanc ou le passage impossible. Les paradoxes de la danse classique »
Virginie Valentin, Terrain n°35, Danser (texte intégral).
« Le hip-hop. Une autre révolution », Felicia McCarren, Terrain n°44, Imitation et Anthropologie.
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch»
, Claudine Vassas, Terrain, n°49, Toucher.

• Sites et Blogs :
Merce Cunningham dance companyun blog sur la danse contemporaine, All about hip hop, l’histoire du tango.

• A voir :
Les petits pas : un festival de danse contemporaine pour jeune public à Lille et à Roubaix jusqu’au 23 février, Danser sa vie au Centre Pompidou, jusqu’au 2 avril.

Le sens de la danse

« La danse n’est pas émotion, passion pour une femme, colère contre un homme. Je crois qu’elle est plus originaire (primal) que cela. Dans son essence, dans la nudité de son énergie, c’est une source d’où la passion ou la colère peut naître sous telle forme particulière, la source d’énergie d’où peut être canalisée l’énergie qui passe dans les divers comportements émotionnels. C’est l’exposition éclatante de cette énergie, c’est-à-dire d’énergie élevée à une intensité suffisante pour faire fondre l’acier chez quelques danseurs, qui procure la grande excitation. Ce n’est pas le sentiment de quelque chose, c’est un coup de fouet sur l’esprit et le corps qui les engage dans une action si intense que, pendant le court moment concerné, l’esprit et le corps ne font qu’un ». Merce Cunningham, 1952.
Que se passe-t-il dans le corps lorsqu’il se met à danser ? Qu’est-ce qu’une chorégraphie ?
Tout mouvement du corps est-il expressif ? Le sens de la danse est-il dans l’acte même de danser ?

 Pour en savoir plus :

• Des articles :
« Le corps dérobé», Alain Mons, Terrain, n°35, Danser (texte intégral). 
« La danse, le corps, l’inconscient »
, José Gil, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Merce Cunningham dance companyun blog sur la danse contemporaine.

• A voir :
Deux spectacles de Merce Cunningham et une journée qui lui est consacrée, au théâtre de la Ville.

Du Hip hop à l’Opéra

La danse hip hop fut d’abord un loisir des jeunes noirs et hispaniques des quartiers pauvres de New-York. Danse de fête, joute dansée, jeu viril, elle arrive en France dans les années 80 par le biais de l’audiovisuel, et est adoptée principalement par les fils de l’immigration arabe et africaine. La danse hip hop connaît en France un développement important qui se concrétise dans une forme : le ballet hip hop. « Le hip hop est une culture d’ouverture, elle m’a permis de sortir de ma culture orientale qui m’empêchait d’aller vers la danse contemporaine. Aujourd’hui, mes parents, d’origine algérienne, acceptent ce que je fais. A nous maintenant de rencontrer d’autres cultures. » Kader Attou dit aussi, en 1997, »vouloir forcer la porte de l’Opéra, monter une oeuvre du répertoire lyrique avec des danseurs classiques et hip hop ». Son rêve de « voir la breakdance soutenue par un vrai orchestre symphonique » sera réalisé un peu plus tard*… Quel est le rapport entre le hip hop et les « danses savantes » (classique et contemporaine) ? Quelle forme de culture est véhiculée par le hip hop ? A quoi se réfèrent le langage gestuel de cette danse ? Quelle est la différence entre hip hop français et hip hop américain ?

*Son spectacle Petites histoires.com est joué en 2010 à l’Opéra de Paris.

Pour en savoir plus :

Logo du site Style2ouf

Un livre :
« Le hip-hop ou la danse à l’envers », Roberta Shapiro in Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique. Sous la direction de Véronique Nahoum-Grappe et Odile Vincent.

Un article :
« Le hip-hop. Une autre révolution », Felicia McCarren, Terrain, n°44, Imitation et Anthropologie.

Site et Blog :
All about hip hop, l’actualité du hip hop, le centre chorégraphique de la Rochelle (dirigé par Kader Attou).

Pina

« Pina », un documentaire-hommage à une très grande dame de la danse, en 3D, par le génial Wim Wenders est sur les écrans.

« La danse, parce qu’elle se nourrit d' »expériences de vie réelle », ainsi que la chorégraphe le souligne, ne serait pas un langage mais « le seul vrai langage » susceptible de toucher au plus vrai, au plus profond. […] Le Tanztheater se propose comme un moyen inédit  de « communiquer la réalité dont le corps fait l’expérience » avec pour corollaire le désir d’y échapper, l’ouverture d' »un espace du rêve ».[…] Ainsi entendu, le premier acte chorégraphique serait « de donner aux gens de l’espace » à l’intérieur d’un lieu clos : « J’essaie de savoir où ont lieu mes sentiments », disait Pina Bausch.

Pour en savoir plus :

Des articles :
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch», Claudine Vassas, Terrain, n°49, Toucher.
« Le corps dérobé»
, Alain Mons. Terrain, n°35, Danser (texte intégral).

Sites et Blogs :
Le site de Pina Bausch, un blog sur la danse contemporaine.

A voir :
« Pina » de Wim Wenders, « Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch » de Anne Linsel et Rainer Hoffmann.

Sur les pas de Pina Bausch…

“Je ne m’intéresse pas à la façon dont les gens bougent, mais à ce qui les meut et à ce qu’ils font bouger ”. Pina Bausch

Le mouvement. Comment il est provoqué et ce qu’il provoque.
Pina Bausch a toujours travaillé sur l’humain. Dans ses spectacles, elle mêle le théâtre et la danse, la parole et le mouvement.
En 2008, quelques mois avant sa mort, elle décide de reprendre son fameux spectacle Kontakthof, non plus avec sa troupe, mais avec des adolescents de 14 à 18 ans qui  n’ont jamais dansé. Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch est leur histoire…
Le texte des « Associations d’idées » de café Muller évoque assez bien la recherche de Pina Bausch à travers ses différentes pièces :
« Une plainte d’amour. Se souvenir, se mouvoir, se toucher. Adopter des attitudes. Se dévêtir, se faire face, déraper sur le corps de l’Autre. Chercher ce qui est perdu, la proximité. Ne savoir que faire pour plaire. Courir vers les murs s’y jeter, s’y heurter. S’effondrer et se relever. Reproduire ce qu’on a vu, s’en tenir à des modèles. Vouloir devenir un. Etre dépris. S’enlacer. He is gone. Avec les yeux fermés. Aller l’un vers l’autre. Se sentir. Danser. Vouloir blessé. Protéger. Mettre de côté les obstacles. Donner aux gens de l’espace. Aimer. » Pina Bausch.

Pour en savoir plus :

Un article :
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch», Claudine Vassas, Terrain, n°49, Toucher.

Sites et Blogs :
Le site de Pina Bausch, un blog sur la danse contemporaine.

A voir :
« Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch » de Anne Linsel et Rainer Hoffmann.