Des Tsiganes en Europe

C’est le 8 avril 1971, que les Roms, qui représentent la première minorité de l’Union européenne, choisissaient, malgré une situation encore difficile, les symboles de leur communauté ainsi que leur drapeau et leur hymne. Le terme Tsigane est une appellation générique qui regroupe en réalité une multiplicité de communautés : Slovensko Roma, Rom Lovara, Sinti Piémontais, Gadjkene Manus, Rom Gabori, Yénishes, Gitanos de San Miguel, Gitanes Catalans, Rom Kalderas, Tinkers, Voyageurs, Travellers, Gitanos Canasteros, Xoraxane Roma, Rom Curara, Calon, Sinte Estraixaria, etc etc.
Cependant, au-delà de leur diversité, un certain nombre de traits communs apparaissent : l’immersion dans un territoire qui n’est pas le leur, la dispersion au milieu d’autres populations et l’illégitimité de leur présence.
Ainsi les différentes communautés tsiganes ont toutes à affronter la même épreuve : comment assurer une (relative) autonomie, une (relative) cohésion et une capacité de perpétuation dans cette situation ? En un mot, comment rester ce qu’ils sont ? À cette unique question, chaque groupe apporte une réponse qui lui est propre.

Pour en savoir plus :

• Des livres :
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
« Nous, on n’en parle pas. » Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique », Terrain, n°50, Le diable.
« Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Caterina Pasqualino. Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« La passion de l’argent », Michael Stewart, Terrain, n° 23,  Les usages de l’argent (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant », Michael Stewart, Terrain, n°20, La mort (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Les ‘compagnons du buisson’ . Le hérisson au pays des Tsiganes » , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Un excellent site internet, Urba-Rom, qui regroupe une centaine de chercheurs européens et vise en particulier à assurer une veille scientifique sur les questions liées aux politiques en direction des groupes dits « Roms-Tsiganes ». Le site de la revue Études Tsiganes.

Journée de la diversité culturelle le 21 mai

Suite à l’adoption de la Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle en novembre 2001, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 21 mai, « Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement ». Cette journée permet d’approfondir nos réflexions sur les valeurs de la diversité culturelle pour apprendre à mieux « vivre ensemble ». C’est aussi une occasion d’affiner les représentations, parfois trop simples, qui s’attachent aux minorités culturelles et à leur insertion dans la société d’accueil. L’étude des communautés étrangères vivant en France parle aussi de la société française : par le fait que ces communautés se réfèrent aux modèles sociaux et culturels nationaux, et par la synthèse constitutive du patrimoine français qu’elles opèrent entre les différentes cultures en présence. Le commerce et la religion jouent un rôle important dans l’intégration de ces diverses communautés étrangères en France : ethnies chinoises et grecque, épiciers maghrébins, moines laos en banlieue parisienne, mais aussi « scaldini » italiens entretenant les chaudières des grands immeubles parisiens…

Pour en savoir plus :

Tract publicitaire rédigé en chinois, français, vietnamien, khmer et laotien

• Des articles :
«Les scaldini de Paris », Maurizio Catani, Terrain, n° 7. Approches des communautés étrangères en France (texte intégral).
« Mises en scène des commerces maghrébins parisiens », Anne Raulin, Terrain, n° 7, Approches des communautés étrangères en France (texte intégral).
« Les Chinois de Paris : minorité culturelle ou constellation ethnique ? », Jean-Pierre Hassoun et Yinh Phong Tan, Terrain, n° 7, Approches des communautés étrangères en France (texte intégral).
« Religion et urbanisme : à propos de la communauté grecque de Pont-de-Chérury », Cécile Zervudacki, Terrain, n° 7, Approches des communautés étrangères en France (texte intégral).
« Un monastère lao dans la banlieue parisienne », Catherine Baix, Terrain, n° 7, Approches des communautés étrangères en France (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Journée de la diversité culturelle, déclaration universelle sur la diversité culturelle.

• A faire :
Festival international de la diversité culturelle.

Unité et diversité de la Nation

« La France est une et indivisible, mais elle est composée de parties qui ont leur unité. Nous sommes Français, mais nous sommes aussi Bretons, Normands, Flamands, Picards, Lorrains, Bourguignons, Provençaux, Languedociens, Gascons. Nous avons tous une petite patrie dont nous aimons les paysages familiers, les costumes, les coutumes, l’accent et dont nous sommes fiers. Aimer cette petite patrie, rien n’est plus légitime, rien n’est plus naturel, rien n’est plus propre à fortifier l’amour de la France, notre patrie commune.[…] Enlever la Bretagne ou la Normandie ou la Gascogne à la France, ce serait mutiler non seulement son territoire mais aussi son génie.[…] Des notions d’histoires (sic) provinciales sont donc le complément nécessaire de l’histoire de France. » Langlois, 1891.

Comment concilier l’unité de la nation et sa diversité ? Les manuels pédagogiques de la IIIe République célébrèrent les beautés variées de la France (sites, grands hommes locaux, vins du cru, traditions, etc…) de façon à ce que l’amour du sol natal mène les futurs citoyens à l’amour de la Patrie. Les lieux communs ainsi forgés organisent encore notre perception de la France régionale.

Pour en savoir plus :

"Le Cidre", Charles Denet, 1909

Un livre :
« Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique ». Anne-Marie Thiesse.

Un article :
« Naissance de la Normandie (1750-1850) », François Guillet, Terrain n°, 33,  Authentique ?

• Sites et Blogs :
L’Association des régions de France, l’Association des maires de France, l’annuaire des régions de France.