Dire la colère en Iran : subjectivités entre censure et non-censure

Ce billet de Sonja Moghaddari interroge le façonnement des subjectivités dans l’Iran contemporain. Dans un contexte de contrôle et d’auto-contrôle de l’expression d’une population minée par les conséquences des sanctions internationales, l’anthropologue constate l’existence d’une politique des émotions où la rage envers les conditions sociales, économiques et politiques s’articule savamment à la colère envers le voisin. Il en résulte un climat de nervosité généralisée et une tension palpable dans les relations quotidiennes, dans une société où manifester sa colère est pourtant problématique.