Les grands lecteurs

« « Comme le boulimique évite la devanture des pâtisseries, je me détourne de la vitrine des librairies […]. Très vite, je me fais l’impression d’une végétarienne perdue dans une charcuterie en gros, l’étalage de boustifaille livresque m’écœure ». Cette citation frappante renvoie aux métaphores culinaires et alimentaires qu’emploient nos grands lecteurs, tout aussi voraces et bibliophages, pour témoigner de leur appétit sans fin : « dévorer » un livre, se dire « boulimique »  ou connaître des « fringales de lectures » par exemple. Leurs expressions concourent à une vision du grand lecteur amateur de « bonne chair » écrite, gourmet et gourmand de mots. L’entretien avec Laurent explicite cette idée : « C’est comme quand on tombe sur un sac de bonbons Haribo : on sait que ce n’est pas bon, que c’est chimique, mais on ne peut plus quitter le paquet avant de l’avoir fi ni !J’en ai lu des bouquins sans vraie valeur littéraire, juste parce qu’une fois dedans, je ne pouvais plus m’en sortir, j’étais pris dedans. Les Agatha Christie, Nicole de Buron, tout cela fonctionne sur moi comme une fraise Tagada. » Ce témoignage invite à différentes réflexions. Cherchant à se déculpabiliser de lectures « sans vraie valeur littéraire », il recourt à l’image de la friandise pour atténuer l’illégitimité qu’il leur confère. Lorsqu’il commence une histoire, quelle que soit l’œuvre, il lit jusqu’au bout, qu’elle lui plaise ou non, même s’il juge que c’est de la paralittérature. Les besoins vitaux et le goût du plaisir, dont la satisfaction impérieuse doit être immédiate, sont fortement imbriqués dans l’esprit de notre public. D’un point de vue comportemental, on est dans la boulimie, qui consiste en un besoin irrésistible et pathologique de manger, un désir intense. La littérature apparaît donc concrètement comme une nourriture de l’esprit, lire et manger étant indissociables. Ils s’en sustentent pour arriver à satiété, aussi bien sur le plan spirituel que sur le plan émotionnel. » Bérénice Waty in Terrain n°53.

Pour en savoir plus :

téléchargement• Des articles :
*“Radioscopie de grands lecteurs”, Bérénice Waty, Terrain n°53, Voir la musique.« 
L’objet livre 
» Stephen Hugh-Jones et Hildegard Diemberger, Terrain 59L’objet livre.
« Quand le livre devient relique. Les textes tibétains entre culture bouddhique et transformations technologiques » , Hildegard Diemberger, Terrain 59L’objet livre. 
«  Les Agamas : des livres saints canoniques. Le rituel hindou entre transmission orale et textes sacrés »
, Chris Fuller, Terrain 59L’objet livre.
« Le livre comme trésor. Aura, prédation et secret des manuscrit savants du Sud marocain» , Romain Simenel, Terrain 59L’objet livre. 
« Le Coran et ses multiples formes (Casablanca, Maroc)*» 
, Anouk CohenTerrain 59L’objet livre. 
« L’objet livre à l’aube de l’époque moderne », 
Warren Boutcher, Terrain 59L’objet livre. 
« Quand le texte se fait matière. Une exploration des versions du manuscrit arabe »
, Christine Jungen, Terrain 59L’objet livre. 
« Le synthétique sacré. Réflexions sur les aspects matériels des textes juifs orthodoxes», 
Jeremy Stolow, Terrain 59L’objet livre.

• Sites et blog :
Le Centre National du Livre, l’Association pour l’autobiographieVivre et l’écrire, les réseaux sociaux du livre, le monde des lecteurs, le globe-lecteur.

• A faire :
Lire en short, la grande fête du livre pour la jeunesse du 17  au 31 juillet 2015

Salon du livre 2012

Cette année, le salon du livre s’articule autour de cinq axes : la littérature japonaise, Moscou, du livre au film, le rôle social du livre et la culture manga. Mais l’écrit peut-il exister hors du livre ? Lettres, papiers administratifs, brouillons, listes, journaux intimes, blog… sont autant d’actes d’écriture ordinaire. Quelque soit notre milieu social et notre profession, notre quotidien n’y échappe pas. Spontanées ou réfléchies, imposées ou choisies, elle nous accompagnent dans les situations les plus diverses. Tout se passe comme si le besoin de témoigner de son existence, d’exprimer ses pensées, ses opinions, d’affirmer ses pensées passait aujourd’hui de façon privilégiée par l’écrit. Et si l’acte d’écrire prenait plus d’importance que la chose écrite ?

Pour en savoir plus :

Un livre :
Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes. Sous la direction de Daniel Fabre.

Des articles :
« Radioscopie de grands lecteurs »
, Bérénice Waty, Terrain n°53, Voir la musique.

Sites et blog :
Le salon du livre, l’Association pour l’autobiographie, Vivre et l’écrire.

A faire :
Le salon du livre, du 16 au 19 mars 2012.

Salon du Livre de Paris

Cette année, le Salon du Livre met à l’honneur les lettres nordiques, le polar, Buenos Aires, les littératures d’outre-mer et les « serial-lecteurs ». Vous vous sentez concernés ? Vous lisez beaucoup ? Vous êtes « accros », « addicts », « drogués » ? Mais connaissez-vous l’impact de la lecture sur votre corps ? Et sur votre esprit ? De quelle pathologie souffrez-vous ? Et quelles en sont les manifestations physiologiques ?
« Evoquant sa rencontre avec les textes de Blaise Cendrars, Henry Miller estime qu’elle l’a « meurtri et couverte de bleus » et qu’il en est sorti « KO ». Alberto Manguel décrit son impression sensorielle à la lecture d’American Psycho : « Je me sentais affreusement malade, si j’avais bonne mémoire, je ne m’étais jamais senti aussi mal qu’une seule fois auparavant, après avoir vu un chien écrasé par une voiture ».

Pour en savoir plus :

Campagne pour la promotion de la lecture, Lucien Lorelle, 1949-1950

Un livre :
Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes. Sous la direction de Daniel Fabre.

Un article :
« Radioscopie de grands lecteurs », Bérénice Waty, Terrain n°53, Voir la musique.

• Sites et Blogs :
Le salon du livre, CritiquesLibres, le magazine littéraire.

A voir :
Le salon du livre du 18 au 21 mars 2011, porte de Versailles à Paris.