Peur et menaces

S’il est une chose universellement partagée, c’est bien le sentiment de peur. Peur de soi, des autres, de la mort, de la douleur, des banlieues, des machines, du chômage, du changement climatique, de la crise, de l’avion, des attentats… Peurs à l’échelle intime ou planétaire… Les raisons et les manières d’avoir peur sont infinies et diffèrent selon les cultures. Les moyens de conjurer la peur aussi…
Générer la peur peut-être un moyen de contrôle extrêmement puissant… Anticiper le danger et lutter contre la peur, un moyen de survie extrêmement efficace.

Pour en savoir plus :

imgres-1• Articles :
« Ethnographier la peur » Monique Jeudy-Ballini et Claudie Voisenat, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).
« Techniques de la menace », Élisabeth Claverie, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).
« Des mots pour faire peur. Lettres de menace à Paris en 1892 », Philippe Artières, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).

• Sites et blogs : 
Charlie Hebdo

Peut-on encore manger sans peur ?

Le mangeur contemporain a de nombreux motifs d’inquiétude : hormones, listeria, salmonelles, nitrates, dioxines, vache folle et du boeuf qui s’avère être du cheval…
« La question agro-alimentaire devient une affaire de santé publique, qui menace les consommateurs, et leur fait découvrir le fonctionnement d’une filière et des pratiques d’élevage et de recyclage dont, dans leur très grande majorité, ils ignoraient tout. […] Le xxe siècle s’ouvre, aux Etats-Unis, sur un énorme scandale alimentaire : « les empoisonneurs de Chicago ». Il est déclenché par la publication d’un roman, La Jungle, où le journaliste Upton Sinclair décrit le fonctionnement des abattoirs de Chicago et les effrayantes conditions de travail des ouvriers dans ces établissements. C’est sur ce dernier point que Sinclair souhaitait attirer l’attention. Mais le public n’a massivement retenu que ce qu’il découvrait ainsi de la qualité sanitaire catastrophique et de la composition ahurissante des viandes, conserves et charcuteries qui sortaient de ces usines – tant il est vrai que le souci de son alimentation est indépendant de tout choix politique ou humanitaire, et importe à chacun au premier chef. Le compréhensible effroi éprouvé devant ces révélations a obligé les pouvoirs publics à réglementer peu à peu la filière alimentaire, si bien que les crises alimentaires ultérieures n’ont pas eu jusqu’ici la même ampleur. Néanmoins, « les controverses alimentaires de l’Amérique progressiste ne sont pas si éloignées de nos discussions sur l’ESB ou les OGM. Visibilité médiatique, mobilisation des consommateurs, intervention de l’État et des experts scientifiques en sont l’horizon commun, témoignant ainsi des continuités du siècle des biotechnologies ». Objet de controverses, les peurs alimentaires du xxe siècle ont en commun avec cette première grande alerte d’être directement liées à la production alimentaire industrielle, avec ce qu’elle comporte d’opacité quant à ses modalités et d’allongement des circuits depuis la production jusqu’à la consommation ; avec, en conséquence, ce qu’elle implique d’ignorance des consommateurs, et par suite de possibilité de suspecter autant que de nécessité de faire confiance. Ayant au jour le jour à entretenir son corps de diverses nourritures, à décider de ce qui entrera dans ce corps ouvert et deviendra sa substance même, le mangeur contemporain, qui n’a ordinairement d’autre possibilité que de se fier aux apparences et aux images anciennes de ses nourritures, ne peut que se détourner de tout aliment à ses yeux suspect. Cet évitement peut être lourd de conséquences économiques et politiques ; il importe donc de le rassurer ; mais pour y parvenir, il faut s’adresser à lui tel qu’il est, et non à un hypothétique consommateur abstrait. Or le mangeur réel ne mange que s’il n’a pas de motifs de craintes : qui a peur ne mange pas, et qui mange n’a pas peur. »* Noelie Vialles in Terrain n°43.

Pour en savoir plus :

boeuf1Un livre :
Le sang et la chair. Les abattoirs des pays de l’Adour, Noëlie Vialles.

Un article :
« La viande ou la bête », Noëlie Vialles, Terrain n° 10, « Des hommes et des bêtes » (texte intégral).
*« La peur au ventre ? Le risque et le poison »
, Noélie Vialles, Terrain n° 43 (texte intégral).
« Les oiseaux de l’infortune et la géographie sanitaire : La Dombes et la grippe aviaire »
, Vanessa Manceron, Terrain n° 51, Religion et Politique (texte intégral).

Sites et Blogs :
Viande : chronique d’un scandale annoncé, tout sur la viande.

A faire :
« Anthropologie des zoonoses », colloque au Collège de France les 26 et 27 février 2015.