Pourquoi est-il si grave de mentir ?

« Je m’aperçois bientôt ainsi que si je peux bien vouloir le mensonge, je ne peux en aucune manière vouloir une loi universelle qui commanderait de mentir ; en effet, selon une telle loi, il n’y aurait plus à proprement parler de promesse, car il serait vain de déclarer ma volonté concernant mes actions futures à d’autres hommes qui ne croiraient point à cette déclaration ou qui, si ils y ajoutaient foi étourdiment me paieraient exactement de la même monnaie : de telle sorte que ma maxime, du moment qu’elle serait érigée en loi universelle se détruirait elle-même nécessairement. » Fondements de la métaphysique des moeurs, Emmanuel Kant.
Pour Kant mentir, même en vue des fins les plus nobles, est une faute morale intolérable. Qu’en est-il de l’ami que l’on ne dénonce pas ? Du patient auquel on épargne un diagnostic létal ? De l’enfant auquel on ne dit pas la vérité sur le père Noël ?

Pour en savoir plus :

La Bocca della Verità

Un article :
*« Pourquoi est-il si grave de mentir ? » , Gloria Origgi, Terrain n°57, Mentir.

Blogs et Sites :
Le blog philosophia, Kant on the web.


Archéologie : faux et usage de faux

« Ce pourrait bien être l’œuvre de disciples de Léonard de Vinci »… Une équipe d’archéologues franco-belges a découvert l’entrée d’un tunnel creusé entre le XVIème et le XVIIème siècle reliant la Corse et l’Italie. Joseph Cantalope, le directeur des fouilles, n’en revient toujours pas. Sur RTL, il raconte son émotion au moment de la découverte : « d’un point de vue historique, c’est fondamental »…
Ce canular, fait le 1er avril 2010 sur le site de rtl, révèle à la fois la fascination et la crédulité du public à l’égard de l’archéologie. Et le pouvoir de cette dernière.
Cette science de l’enquête et de la reconstitution est en réalité une science de la réécriture de l’histoire… Sa complexité réside dans le processus d’interprétation, c’est à dire la négociation permanente entre ce qu’on trouve, ce qu’on imagine et ce qu’on affirme.
Et la tentation du faux est grande pour au moins deux raisons : d’une part le « besoin de merveilleux » de la para-archéologie, et, d’autre part, la récupération géopolitique. Ou comment l’archéologie, sans cesse en cours d’élaboration, voit utiliser cette précarité à son corps défendant et contribue à forger des mensonges sous couvert de scientificité.

Pour en savoir plus :

Un livre :
Imaginaires archéologiques. Sous la direction de Claudine Voisenat.

Un article :
« Bonne fouille ne saurait mentir ? », Claire Besson, Dorothée Chaoui-Derieux et Bruno Desachy. Terrain n°57, Mentir.

Site et Blog :
Portail archéologique, tout archéologie, sites de fouille

• A voir :
L’âge du faux, jusqu’au 8 janvier 2012, au Parc et Musée d’Archéologie, Hauterive-Neufchâtel.

L’éveil du mensonge chez les enfants

« C’est la loi de l’obéissance qui produit la nécessité de mentir, parce que l’obéissance étant pénible, on s’en dispense en secret le plus souvent qu’on peut, et que l’intérêt présent d’éviter le châtiment ou le reproche l’emporte sur l’intérêt éloigné d’exposer la vérité. […] Les mensonges des enfants sont tous l’ouvrage des maîtres. […] S’il est fait en mon absence quelque mal dont j’ignore l’auteur, je me garderai bien d’en accuser Émile, ou de lui dire : « Est-ce vous ? » Car en cela que ferais-je autre chose, sinon lui apprendre à le nier ? »
Rousseau in L’Emile

Vers quatre ans, les enfants se mettent à mentir de manière beaucoup plus systématique. Ce développement du mensonge autour de quatre ans serait lié à l’émergence d’un sens de la tromperie : le mensonge, qui n’était jusqu’alors qu’une capacité, devient un objet d’intérêt stratégique. Le nouvel environnement social où se trouvent plongés les enfants commençant à vivre avec leurs pairs pourrait contribuer à expliquer ce changement. Le mensonge, une condition indispensable pour vivre en société ?

Pour en savoir plus :

Un article :
« L’éveil du mensonge ». Olivier Mascaro et Olivier Morin, Terrain n°57, Mentir.

Blogs et Sites :
Le mensonge chez les enfants.

A propos d’Elly

Avant Une séparation, Asghar Farhadi réalisa À propos d’Elly, sorti en 2009 sur les écrans français et récompensé d’un Ours d’argent au 59e Festival de Berlin. « Ce film décrit, avec une précision quasi ethnographique, tout un pan de la société iranienne contemporaine, dont il démonte avec justesse et sensibilité certains des rouages et des ressorts les plus profondément enfouis, entre lesquels le mensonge semble, à un premier examen, intervenir comme une sorte de lubrifiant. À propos d’Elly est un film magnifique sur le mensonge, ou plutôt sur les mensonges. »*

Pour en savoir plus :

Un article :
* « À propos d’À propos d’Elly. Le mensonge à l’iranienne. » Jean-Pierre Digard, Terrain n°57, Mentir.

Blogs et Sites :
Asghar Farhadi

A voir :
Les films d’Asghar Farhadi : À propos d’Elly, Une séparation, La fête du feu.