La voix

« Tous les soirs j’avais peur et j’étais fragile de manière différente. Je me sers de la peur pour interpréter mes personnages dans lesquels je mets toujours une part de souffrance, même lorsqu’il s’agit de rôles comiques » Nathalie Dessay citée in Terrain n°37*.
L’art lyrique n’existe que par et pour l’émotion et le patient labeur de la technique vocale qui façonne le corps du chanteur a pour finalité la transmission des émotions, c’est-à-dire leur expression. Le travail de la technique construit une voix, un corps ; il permet au chanteur de mettre à distance, de maîtriser ses propres émotions tout en les utilisant, en les réintégrant à son chant. Dans la riche partition des émotions lyriques, la peur semble jouer un rôle central : ne serait-elle pas, finalement, l’émotion fondamentale de l’art lyrique ? Une matrice en quelque sorte de toutes les émotions ? La technique sert à conjurer mais aussi à utiliser cette peur pour faire surgir et transmettre d’autres émotions.

Pour en savoir plus :

indexDes articles :
* « Lyriques apprentissages. Les métamorphoses de l’émotion »
, Anne Paradis, Terrain n° 37, Musique et Emotion.
« La voix d’Elvis… »
, Gabriel SegréTerrain n° 37, Musique et Emotion. http://terrain.revues.org/1300 ; DOI : 10.4000/terrain.1300

Sites et Blogs :
L’opéra de Paris, l’art lyrique français, la voix humaine, Science et voix.

• A faire :
Journée mondiale de la voix.

Peur et menaces

S’il est une chose universellement partagée, c’est bien le sentiment de peur. Peur de soi, des autres, de la mort, de la douleur, des banlieues, des machines, du chômage, du changement climatique, de la crise, de l’avion, des attentats… Peurs à l’échelle intime ou planétaire… Les raisons et les manières d’avoir peur sont infinies et diffèrent selon les cultures. Les moyens de conjurer la peur aussi…
Générer la peur peut-être un moyen de contrôle extrêmement puissant… Anticiper le danger et lutter contre la peur, un moyen de survie extrêmement efficace.

Pour en savoir plus :

imgres-1• Articles :
« Ethnographier la peur » Monique Jeudy-Ballini et Claudie Voisenat, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).
« Techniques de la menace », Élisabeth Claverie, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).
« Des mots pour faire peur. Lettres de menace à Paris en 1892 », Philippe Artières, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).

• Sites et blogs : 
Charlie Hebdo

L’agression physique : une « peur » irréparable

« L’agression inaugure un grand désordre psychique : « Je ne savais plus où j’étais, j’avais perdu la tête, je ne savais plus à qui m’adresser », qui laisse place à la « peur ». Le terme de « peur » semble être le seul mot suffisamment générique dans le vocabulaire des victimes pour désigner diverses réalités identifiables. Les agressés disent « j’ai peur » lorsqu’ils veulent rendre compte de la transformation des relations affectives qu’ils entretiennent avec leur espace physique et leur environnement humain, mais aussi lorsqu’ils s’étonnent de leurs nouveaux comportements. En fait, à travers ces  « peurs », les victimes expriment ce qu’elles redoutent le plus, c’est-à-dire la reproduction de l’agression qui débouche sur une expérience singulière qu’elles dénomment « ça ». […]
« Ça » renferme toutes les questions que les victimes agitent en tous sens pour rendre intelligible l’agression et résoudre la plus brûlante d’entre elles, celle de leur désignation.
« Ça », c’est aussi l’idée d’avoir frôlé la mort qui les hante des mois durant : « Il m’a laissée pour morte. »
« Ça », c’est encore la dénégation des valeurs morales (l’honnêteté, la droiture, le travail…) et l’inversion de la construction socio-culturelle, dans laquelle ces valeurs sont chargées de vertus protectrices et de récompenses, accentuant alors le sentiment d’injustice, « je ne mérite pas ça ».
« Ça » équivaut à la destruction d’une partie de leur moi intime. Les agressés disent « ne plus se reconnaître », « ne plus être comme avant ». Ce qui se greffe à la place de leur « perte » les perturbe : « Moi, j’étais plutôt un non-violent (…). On a tendance à devenir agressif contre soi, puis contre les autres. On pourrait frapper les gens ! », explique Patrice, âgé de trente ans, victime d’un vol à main armée dans l’hôtel qu’il dirige. Surprenantes, ces mutations confirmeraient que les victimes sont passées du côté du sauvage, de l’animalité.
« Ça » contient aussi l’atteinte à leur identité et renvoie au bouleversement des représentations que les victimes ont de l’homme : « Ce ne sont pas des hommes qui peuvent faire ça », ou bien : « Moi, je croyais en l’homme. »
« Ça », enfin, cache les diverses émotions qui submergent les victimes. Leur sentiment de culpabilité a d’autres sources que leur faillibilité au devoir d’auto-protection. En effet, les victimes recherchent dans leur comportement face à leur agresseur – résistance, « mauvais » geste qui a pu le surprendre, regard direct porté sur lui – ce qui a pu l’inciter à les « frapper jusqu’à la mort » ou à être « aussi méchant ». »

Pour en savoir plus :

La poupée, Hans Bellmer (Moma).

La poupée, Hans Bellmer (Moma).

Un article :
« L’agression physique : « une peur » irréparable »
, Dominique Dray, Terrain n° 22, Les émotions (texte intégral).

Sites et blogs :
Institut national d’aide aux victimes, informations pratiques, les droits des victimes.

Peut-on encore manger sans peur ?

Le mangeur contemporain a de nombreux motifs d’inquiétude : hormones, listeria, salmonelles, nitrates, dioxines, vache folle et du boeuf qui s’avère être du cheval…
« La question agro-alimentaire devient une affaire de santé publique, qui menace les consommateurs, et leur fait découvrir le fonctionnement d’une filière et des pratiques d’élevage et de recyclage dont, dans leur très grande majorité, ils ignoraient tout. […] Le xxe siècle s’ouvre, aux Etats-Unis, sur un énorme scandale alimentaire : « les empoisonneurs de Chicago ». Il est déclenché par la publication d’un roman, La Jungle, où le journaliste Upton Sinclair décrit le fonctionnement des abattoirs de Chicago et les effrayantes conditions de travail des ouvriers dans ces établissements. C’est sur ce dernier point que Sinclair souhaitait attirer l’attention. Mais le public n’a massivement retenu que ce qu’il découvrait ainsi de la qualité sanitaire catastrophique et de la composition ahurissante des viandes, conserves et charcuteries qui sortaient de ces usines – tant il est vrai que le souci de son alimentation est indépendant de tout choix politique ou humanitaire, et importe à chacun au premier chef. Le compréhensible effroi éprouvé devant ces révélations a obligé les pouvoirs publics à réglementer peu à peu la filière alimentaire, si bien que les crises alimentaires ultérieures n’ont pas eu jusqu’ici la même ampleur. Néanmoins, « les controverses alimentaires de l’Amérique progressiste ne sont pas si éloignées de nos discussions sur l’ESB ou les OGM. Visibilité médiatique, mobilisation des consommateurs, intervention de l’État et des experts scientifiques en sont l’horizon commun, témoignant ainsi des continuités du siècle des biotechnologies ». Objet de controverses, les peurs alimentaires du xxe siècle ont en commun avec cette première grande alerte d’être directement liées à la production alimentaire industrielle, avec ce qu’elle comporte d’opacité quant à ses modalités et d’allongement des circuits depuis la production jusqu’à la consommation ; avec, en conséquence, ce qu’elle implique d’ignorance des consommateurs, et par suite de possibilité de suspecter autant que de nécessité de faire confiance. Ayant au jour le jour à entretenir son corps de diverses nourritures, à décider de ce qui entrera dans ce corps ouvert et deviendra sa substance même, le mangeur contemporain, qui n’a ordinairement d’autre possibilité que de se fier aux apparences et aux images anciennes de ses nourritures, ne peut que se détourner de tout aliment à ses yeux suspect. Cet évitement peut être lourd de conséquences économiques et politiques ; il importe donc de le rassurer ; mais pour y parvenir, il faut s’adresser à lui tel qu’il est, et non à un hypothétique consommateur abstrait. Or le mangeur réel ne mange que s’il n’a pas de motifs de craintes : qui a peur ne mange pas, et qui mange n’a pas peur. »* Noelie Vialles in Terrain n°43.

Pour en savoir plus :

boeuf1Un livre :
Le sang et la chair. Les abattoirs des pays de l’Adour, Noëlie Vialles.

Un article :
« La viande ou la bête », Noëlie Vialles, Terrain n° 10, « Des hommes et des bêtes » (texte intégral).
*« La peur au ventre ? Le risque et le poison »
, Noélie Vialles, Terrain n° 43 (texte intégral).
« Les oiseaux de l’infortune et la géographie sanitaire : La Dombes et la grippe aviaire »
, Vanessa Manceron, Terrain n° 51, Religion et Politique (texte intégral).

Sites et Blogs :
Viande : chronique d’un scandale annoncé, tout sur la viande.

A faire :
« Anthropologie des zoonoses », colloque au Collège de France les 26 et 27 février 2015.

De l’alimentation

Déjà en 1912, avec le succès de son livre « Les Trois Aliments meurtriers. La viande, le sucre, l’alcool », Paul Carton préconise une alimentation saine pour assurer la « pureté des humeurs » et en conséquence « la vigueur physique et la sainteté morale »!
Même si il y a beaucoup moins d’intoxications alimentaires qu’au 19ème siècle, les récentes alertes sanitaires ont exacerbé la nécessité de « savoir ce qu’on mange », et les « peurs alimentaires » sont omniprésentes. De ce fait, les pratiques alimentaires tendent à se modifier dans nos sociétés : végétarisme, végétalisme, macrobiotique, bio…  Dans l’acte de manger, il se joue une rencontre effectivement vitale, puisque c’est de cette substance alimentaire que le corps peut survivre. Cette rencontre soulève des questions primordiales : est ce bon pour moi ? Que va-t-il m’arriver si je l’ingère ?…

Pour en savoir plus :

• Des articles :
« Assainir la société. Les enjeux du végétarisme», Arouna P. Ouédraogo, Terrain n°31, Un corps pur (texte intégral).
« Bonnes raisons ou mauvaise conscience ? De l’ambivalence de certains Amazoniens envers la consommation de viande»
, Stephen Hugh-Jones, Terrain n°26, Rêver (texte intégral).
« La viande ou la bête »
, Noëlie Vialles, Terrain n°10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).
« La peur au ventre ? », Noëlie Vialles, Terrain n°43, Peurs et menaces.

• Sites et Blogs :
Bien manger

• A faire :
Le salon Oh my food! les 17, 18 et 19 Juin.