Le salon de la revue

« Ce n’est pas avec les yeux, comme le croient les naïfs, mais avec notre bouche que nous lisons. […]. Le lecteur apparaît bien souvent comme un vorace ou comme un glouton, jamais rassassié, qui, insatiable, s’empiffre avidement.  » Burgelin 2001...