Théâtre et morale

«  » C’est un métier où des hommes et des femmes représentent des passions de haine, de colère, d’ambition, de vengeance et principalement d’amour. Il faut qu’ils les expriment les plus naturellement et le plus vivement qu’il leur est possible ; et il ne le sauroient faire s’ils ne les excitent en quelque sorte en eux-même » » (Pierre Nicole, Essai de morale, 1667).

À la fin du XVIIe siècle, un vaste débat anime la France sur le danger moral des passions théâtrales. «  » Ce ne sont pas des traits morts et des couleurs sèches qui agissent, mais des personnages vivants, des vrais yeux, des vraies larmes dans les acteurs qui en attirent d’aussi véritables dans ceux qui regardent » (Jacques-Bénigne Bossuet, 1694). La sympathie unit les hommes dans les passions : le spectacle des rires ou des pleurs excite l’envie de rire ou de pleurer. La contagion des affects s’explique par un mécanisme de nature physiologique : « La nature nous a liez ensemble. Ainsi nous ressentons les mouvements que nous apercevons dans les autres » » (Bernard Lamy, Nouvelles réflexions sur l’art poétique, 1678) cité Cecilia Gallotti in Terrain n° 22*

La querelle sur la moralité du théâtre soulève plusieurs questions : d’où vient que le spectacle de la douleur soit au théâtre source de plaisir, et comment se fait-il que nous puissions éprouver de la compassion pour des êtres imaginaires ? Le théâtre n’était-il pas une école de mensonge par opposition à un art oratoire au service de la vérité ? Comment en fonder l’évidence afin de concilier la rhétorique des passions avec les vérités de la morale et de la raison ?

Pour en savoir plus :

téléchargement (2)Un article :
« Le voile d’honnêteté et la contagion des passions. La querelle sur la moralité du théâtre au XVIIe siècle », Cecilia Gallotti, Terrain n° 22, Les émotions (texte intégral).

Sites et blog :
sur Nicole et Bossuet
.

• A faire :
Le festival d’Avignon jusqu’au 25 juillet 2015.

Le théâtre et la morale

« C’est un métier où des hommes et des femmes représentent des passions de haine, de colère, d’ambition, de vengeance et principalement d’amour. Il faut qu’ils les expriment les plus naturellement et le plus vivement qu’il leur est possible ; et il ne le sauroient faire s’ils ne les excitent en quelque sorte en eux-même » (Pierre Nicole, Essai de morale, 1667).

À la fin du XVIIe siècle, un vaste débat anime la France sur le danger moral des passions théâtrales. « Ce ne sont pas des traits morts et des couleurs sèches qui agissent, mais des personnages vivants, des vrais yeux, des vraies larmes dans les acteurs qui en attirent d’aussi véritables dans ceux qui regardent » (Jacques-Bénigne Bossuet, 1694). La sympathie unit les hommes dans les passions : le spectacle des rires ou des pleurs excite l’envie de rire ou de pleurer. La contagion des affects s’explique par un mécanisme de nature physiologique : « La nature nous a liez ensemble. Ainsi nous ressentons les mouvements que nous apercevons dans les autres » (Bernard Lamy, Nouvelles réflexions sur l’art poétique, 1678).

La querelle sur la moralité du théâtre soulève plusieurs questions : d’où vient que le spectacle de la douleur soit au théâtre source de plaisir, et comment se fait-il que nous puissions éprouver de la compassion pour des êtres imaginaires ? Le théâtre n’était-il pas une école de mensonge par opposition à un art oratoire au service de la vérité ? Comment en fonder l’évidence afin de concilier la rhétorique des passions avec les vérités de la morale et de la raison ?

Pour en savoir plus :

Méthode pour apprendre à dessiner les passions proposée par Le Brun, 1702.

Un article :
« Le voile d’honnêteté et la contagion des passions. La querelle sur la moralité du théâtre au XVIIe siècle », Cecilia Gallotti, Terrain n° 22, Les émotions (texte intégral).

Sites et blog :
sur Nicole et Bossuet
.

Le Festival d’Avignon

Pour les ennemis du théâtre au 17ème siècle, « le théâtre ne peut être l’objet d’une moralisation : quel que soit le sujet qu’il met en scène, fut-il le plus moral, il libère une énergie passionnelle par essence contraire à la morale, et comme telle non réformable » « Il est mesme si incomprehensible, qu’il fait par un étrange renversement, que ces portraits deviennent souvent nos modeles et que la comédie en peignant les passions d’autruy, émeut nostre ame d’une telle manière qu’elle fait naître les notres (Conti 1666).»*
L’annihilation de la morale par le « langage des passions » ?

Pour en savoir plus :

Des articles :
* « Le voile d’honnêteté et la contagion des passions. La querelle sur la moralité du théâtre au XVIIe siècle » Cecilia Gallotti, Terrain, n° 22, Les émotions (texte intégral).
« Les sirènes de l’expérience. Populisme expérimental ou démocratie du jugement »
Denis Vidal, Terrain n° 46, Effets spéciaux et artifices (texte intégral).
« Les troubles de la représentation. Artifices et effets spéciaux »
Emmanuel Grimaud, Sophie Houdard et Denis Vidal, Terrain n° 46, Effets spéciaux et artifices (texte intégral).
« Créer du sensationnel. Spirales des effets et réalisme au sein du théâtre équestre vers 1800 »
Caroline Hodak, Terrain n° 46, Effets spéciaux et artifices (texte intégral).

A faire :
Le Festival d’Avignon du 6 au 26 Juillet.