Des Tsiganes en Europe

C’est le 8 avril 1971, que les Roms, qui représentent la première minorité de l’Union européenne, choisissaient, malgré une situation encore difficile, les symboles de leur communauté ainsi que leur drapeau et leur hymne. Le terme Tsigane est une appellation générique qui regroupe en réalité une multiplicité de communautés : Slovensko Roma, Rom Lovara, Sinti Piémontais, Gadjkene Manus, Rom Gabori, Yénishes, Gitanos de San Miguel, Gitanes Catalans, Rom Kalderas, Tinkers, Voyageurs, Travellers, Gitanos Canasteros, Xoraxane Roma, Rom Curara, Calon, Sinte Estraixaria, etc etc.
Cependant, au-delà de leur diversité, un certain nombre de traits communs apparaissent : l’immersion dans un territoire qui n’est pas le leur, la dispersion au milieu d’autres populations et l’illégitimité de leur présence.
Ainsi les différentes communautés tsiganes ont toutes à affronter la même épreuve : comment assurer une (relative) autonomie, une (relative) cohésion et une capacité de perpétuation dans cette situation ? En un mot, comment rester ce qu’ils sont ? À cette unique question, chaque groupe apporte une réponse qui lui est propre.

Pour en savoir plus :

• Des livres :
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
« Nous, on n’en parle pas. » Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique », Terrain, n°50, Le diable.
« Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Caterina Pasqualino. Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« La passion de l’argent », Michael Stewart, Terrain, n° 23,  Les usages de l’argent (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant », Michael Stewart, Terrain, n°20, La mort (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Les ‘compagnons du buisson’ . Le hérisson au pays des Tsiganes » , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Un excellent site internet, Urba-Rom, qui regroupe une centaine de chercheurs européens et vise en particulier à assurer une veille scientifique sur les questions liées aux politiques en direction des groupes dits « Roms-Tsiganes ». Le site de la revue Études Tsiganes.

Colloque Tsiganes, nomades un malentendu européen

« Lorsque nous pensons à notre identité nationale ou à celle d’autres peuples européens (avec ou sans État), nous imaginons la fusion presque mythique d’un territoire, d’une langue et d’un peuple. La langue d’une nation peut constituer l’expression la plus évidente de son identité, un symbole imposant de ses contours, mais le territoire d’une nation enracine cette langue dans des expériences et une histoire partagées, marquant la frontière entre deux peuples. Indépendamment du fait que la terre peut établir une discontinuité physique entre des cultures, elle procure aussi, par ses caractéristiques immuables, une image de la continuité de chaque culture : une culture se projette bien sûr dans le futur, mais à travers son territoire, c’est d’abord au passé qu’elle se réfère. C’est là, dans les profondeurs fantasmagoriques d’un passé nationaliste que se trouve le commencement de chaque nation, le mythe d’origine qui relie les composants légitimant l’intégrité nationale : une généalogie et un territoire. Tel ne saurait jamais être le cas des Tziganes, peuple nomade qui n’a ni patrie dont rêver, ni terre d’origine à revendiquer.  » M. Stewart in « Un peuple sans patrie »*
Comment construire son identité et transmettre sa culture quand on est « étranger de l’intérieur » ? Comment cette représentation d’un Autre européen a-t-elle pu et peut-elle encore se construire et parfois de manière interactive ? Quelle en est la fonction à l’heure de l’Union européenne et de la mondialisation ?

Pour en savoir plus :

• Des livres :
* Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
« Nous, on n’en parle pas. » Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique », Terrain, n°50, Le diable.
« Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Caterina Pasqualino. Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« La passion de l’argent », Michael Stewart, Terrain, n° 23,  Les usages de l’argent (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant », Michael Stewart, Terrain, n°20, La mort (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Les ‘compagnons du buisson’ . Le hérisson au pays des Tsiganes » , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
La FNASAT, Urba-Rom, la revue Études Tsiganes.

• A faire :
Colloque « Tsiganes », « Nomades » : un malentendu européen. A Paris, du 6 au 9 octobre 2011, entrée libre et ouverte au public.

• A voir :
Cycle de films du 5 au 11 octobre.

Le Salon de la Revue

Il se tiendra les 16 et 17 octobre à l’Espace des Blancs-Manteaux à Paris. Les revues  sont le moyen de diffuser les idées plus rapidement que les livres. De multiples rencontres, discussions et tables rondes seront organisées au sein du Salon. 450 revues, dont Terrain, y tiendront un stand.

Pour en savoir plus :

Un article :
« Radioscopie de grands lecteurs », Bérénice Waty, Terrain n°53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Revues.org, un portail de revues en sciences humaines et sociales, Entrevues, un site sur les revues, le blog de la BNF pour y découvrir des blogs d’écrivains et le blog livres de Martine Laval.

A voir :
Salon de la Revue. Espace d’animation des Blancs-Manteaux. 48, rue Vieille-du-Temple 75004 Paris. Samedi 16 et dimanche 17 octobre 2010 de 10h à 20h.

Être Tsigane

« Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s’étaient établis à Rouen. Voilà la troisième fois que j’en vois. Et toujours avec un nouveau plaisir. L’admirable, c’est qu’ils excitaient la haine des bourgeois, bien qu’inoffensifs comme des moutons. Je me  suis fait très mal voir de la foule, en leur donnant quelques sols. Et j’ai entendu de jolis mots à la Prudhomme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d’ordre. C’est la haine qu’on porte au Bédouin, à l’Hérétique, au Philosophe, au Solitaire, au Poète. Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m’exaspère. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire son bâton. »
G. Flaubert, lettre à G. Sand, 12 juin 1867 (Correspondance, éd. de la Pléiade, tome 5, pp. 653-654)

On parle beaucoup des Tsiganes en France aujourd’hui mais les connaît-on vraiment ? Que signifie être Tsigane en Europe ? Quelles sont leurs relations avec les non-Tsiganes ? Leurs pratiques culturelles ?  Leurs rituels et croyances ? Leur histoire ?

Pour en savoir plus  :

• Un livre :
« Nous, on n’en parle pas. » Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams. Réédition Octobre 2010.
« Dans ce livre magnifique, tout en retenue, en démonstrations discrètes et savantes, transcendant les poncifs et les racismes communs à l’égard de nos nomades, Patrick Williams met au jour une civilisation du silence. » Le Magazine littéraire, avril 1994.

• Des articles :
« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique », Terrain, n°50, Le diable.
« Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Caterina Pasqualino. Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« La passion de l’argent », Michael Stewart, Terrain, n° 23,  Les usages de l’argent (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant », Michael Stewart, Terrain, n°20, La mort (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Les ‘compagnons du buisson’ . Le hérisson au pays des Tsiganes » , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Un excellent site internet, Urba-Rom, qui regroupe une centaine de chercheurs européens et vise en particulier à assurer une veille scientifique sur les questions liées aux politiques en direction des groupes dits « Roms-Tsiganes ». Le site de la revue Études Tsiganes.

• A voir :
Une mémoire française – Les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, 1939-1946. Voir la programmation. 2010 est une année consacrée à la mémoire de l’internement des Tsiganes en France pendant la Seconde Guerre mondiale à l’initiative d’un collectif d’associations.